L’épidémie du nouveau coronavirus s’accélère alors que plus de 40 pays, dont le Brésil, la France, l’Autriche et la Suisse, affirment être désormais touchés. 

Nicolas Bérubé Nicolas Bérubé
La Presse

Signe de l’inquiétude au Canada, la ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu, encourage les Canadiens à stocker des aliments et des médicaments chez eux au cas où un proche ou eux-mêmes tomberaient malades après avoir été infectés par le coronavirus.

Il s’agit d’un conseil approprié pour toute crise potentielle, que ce soit une épidémie virale ou une panne de courant prolongée, a-t-elle déclaré mercredi.

C’est bon d’être préparé parce que les choses peuvent changer rapidement.

Patty Hajdu, ministre fédérale de la Santé

Aucun cas n’a encore été déclaré au Québec, alors qu’une Québécoise qui se trouvait sur le navire Diamond Princess, au Japon, vient d’apprendre qu’elle est infectée.

Actuellement hospitalisée au Japon, Manon Trudel a reçu mercredi les résultats d’un test qui s’est avéré positif, signale en entrevue sa sœur Flavie Trudel.

« Je viens de lui parler. Elle ne tousse pas, elle n’a pas encore de symptômes, elle attend de voir comment ça va se détériorer, car ça se détériore assez vite », dit Flavie Trudel.

Manon Trudel est soignée dans un nouvel hôpital de la préfecture d’Aichi. « Elle est bien traitée, elle reçoit de bons soins. »

Son conjoint, Julien Bergeron, est lui aussi infecté au COVID-19 et soigné dans le même hôpital. « Il se sent fatigué, mais il marche dans sa chambre, il n’a pas le droit de sortir du tout. Le médecin dit que la superficie infectée dans ses poumons rapetissait, ce qui est peut-être un bon signe », dit Flavie Trudel.

Le nouveau coronavirus a provoqué plus de 81 000 contaminations et 2761 morts dans le monde, selon le dernier bilan officiel communiqué mercredi soir par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

INFOGRAPHIE LA PRESSE

Premier foyer de contamination après la Chine, la Corée du Sud a annoncé jeudi matin (heure locale) le recensement de 334 nouveaux cas, ce qui porte le total à près de 1600 personnes infectées et 12 morts au pays. Séoul et Washington ont d’ailleurs reporté des exercices militaires en raison de l’épidémie. Un soldat américain stationné en Corée du Sud a notamment été testé positif et est actuellement en quarantaine, a indiqué l’armée américaine.

L’Arabie saoudite a pour sa part suspendu jeudi, à titre temporaire, l’entrée sur son territoire des musulmans souhaitant effectuer un pèlerinage à La Mecque.

En Allemagne, le ministre de la Santé a dit que le pays était sur le point de vivre une épidémie, et a demandé aux officiels locaux de se préparer à l’éventualité d’une pandémie. En France, on compte 18 cas confirmés d’infection, et deux personnes sont mortes du virus.

Mais c’est en Italie que l’on retrouve actuellement le plus grand nombre de personnes infectées en Europe : 401 personnes ont eu des tests positifs au COVID-19, et 12 en sont mortes. Le gouvernement a mis 11 villes du nord de l’Italie en quarantaine, soit un total de 50 000 personnes qui vivent coupées du monde extérieur.

PHOTO MIGUEL MEDINA, AGENCE FRANCE-PRESSE

En Italie, des gardes sont postés aux entrées de la petite ville de Zorlesco, actuellement en quarantaine. 

Dans le comté de Nassau, près de la ville de New York, les autorités ont annoncé mercredi que 83 personnes qui avaient voyagé en Chine ou qui ont pu être en contact avec le coronavirus étaient en isolation volontaire. Quelque 60 personnes sont actuellement traitées pour une infection au coronavirus sur le territoire américain.

Mercredi, à 15 h, il y avait 30 personnes « sous investigation », selon le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS). « Ce nombre s’explique par l’augmentation du nombre de pays pour lesquels une analyse pour le COVID-19 est recommandée », peut-on lire sur le site du MSSS. 

Les 53 analyses menées jusqu’à maintenant sur des patients se sont toutes avérées négatives. Au Canada, on comptait 12 cas confirmés de COVID-19 mercredi après-midi, soit 7 en Colombie-Britannique et 5 en Ontario.

Taux de mortalité 

Le Dr Ronald Labonté, professeur à l’École d’épidémiologie et de santé publique de l’Université d’Ottawa et titulaire d’une chaire de recherche en mondialisation et en équité en santé, note qu’il n’est pas surprenant de voir l’épidémie progresser dans différents pays. « La question est : quelle sera l’ampleur de l’infection ? »

Le taux de mortalité des gens infectés au coronavirus est d’environ 2 %, note-t-il. À titre de comparaison, le taux de mortalité pour la grippe saisonnière, beaucoup plus prévalente jusqu’ici, est d’environ 0,1 %.

« Ce taux de 2 % n’est pas insignifiant : il se rapproche du taux de mortalité observé lors que la pandémie de grippe de 1918 », dit le DLabonté. 

Le Canada et les Canadiens courent actuellement un risque faible, mais cela pourrait changer si le virus devait devenir présent et incontrôlable au Canada.

Le Dr Ronald Labonté, professeur à l’École d’épidémiologie et de santé publique de l’Université d’Ottawa

Les personnes les plus à risque, dit-il, sont « les personnes âgées faibles, les personnes très jeunes, les gens avec des prédispositions et les travailleurs du domaine de la santé ». Il recommande à la population de se laver fréquemment et vigoureusement les mains avec de l’eau savonneuse ainsi que d’éviter le contact avec des gens présentant des problèmes respiratoires évidents.

Mardi, l’une des responsables des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) aux États-Unis a averti les Américains que les experts de la santé prévoyaient que le nouveau coronavirus allait se répandre aux États-Unis.

« Nous nous attendons à voir une propagation au pays », a déclaré la Dre Nancy Messonnier, directrice du Centre national de vaccination et des maladies respiratoires du CDC. « Il ne s’agit pas tant de savoir si cela se produira, mais plutôt de savoir exactement quand cela se produira et combien de personnes seront gravement malades. »

Apparue en décembre, l’épidémie semble avoir atteint un pic en Chine : les autorités ont annoncé jeudi 29 nouvelles morts en 24 heures, le plus faible chiffre en plus de trois semaines. Le nombre quotidien de nouvelles personnes contaminées ailleurs dans le monde est désormais supérieur à celui enregistré en Chine, a souligné l’OMS.

— Avec la collaboration d’Ariane Lacoursière, La Presse, et de La Presse canadienne