(Paris) La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 1 119 590 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mardi à 7 h.

Agence France-Presse

Plus de 40 416 800 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie, dont au moins 27 791 000 sont aujourd’hui considérés comme guéris.

Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du nombre réel de contaminations. Certains pays ne testent que les cas graves, d’autres utilisent les tests en priorité pour le traçage et nombre de pays pauvres ne disposent que de capacités de dépistage limitées.

Sur la journée de lundi, 4523 décès et 367 553 nouveaux cas ont été recensés dans le monde. Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont l’Inde avec 587 morts, l’Argentine (449) et les États-Unis (420).

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 220 134 décès pour 8 215 578 cas recensés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins. Au moins 3 272 603 personnes ont été déclarées guéries.

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 154 176 morts et 5 250 727 cas, l’Inde avec 115 197 morts (7 597 063 cas), le Mexique avec 86 338 morts (854 926 cas) et le Royaume-Uni avec 43 726 morts (741 212 cas).

Parmi les pays les plus durement touchés, le Pérou est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 103 décès pour 100 000 habitants, suivi par la Belgique (90), la Bolivie (73), l’Espagne (73). La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao) a officiellement dénombré un total de 85 704 cas (19 nouveaux entre lundi et mardi), dont 4634 décès et 80 812 guérisons.

L’Amérique latine et les Caraïbes totalisaient mardi à 7 h 381 719 décès pour 10 555 141 cas, l’Europe 252 192 décès (7 618 300 cas), les États-Unis et le Canada 229 906 décès (8 415 548 cas), l’Asie 160 898 décès (9 804 700 cas), le Moyen-Orient 53 926 décès (2 332 985 cas), l’Afrique 39 942 décès (1 656 740 cas) et l’Océanie 1007 décès (33 387 cas).

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En raison de corrections apportées par les autorités ou de publications tardives des données, les chiffres d’augmentation sur 24 h peuvent ne pas correspondre exactement à ceux publiés la veille.

Le point sur la pandémie

Vaccins chinois testés sur 60 000 personnes

Quelque 60 000 personnes dans plusieurs pays ont reçu des vaccins expérimentaux chinois contre la COVID-19 dans le cadre de quatre essais cliniques, a affirmé mardi à Pékin un haut responsable gouvernemental, assurant qu’aucun sujet n’avait ressenti d’effets indésirables.

La Chine, où le nouveau coronavirus a fait son apparition à la fin de l’an dernier, est parvenue depuis à pratiquement éradiquer l’épidémie et fait partie des pays dont les recherches sur un potentiel vaccin sont les plus avancées.

France : 2000 personnes en réanimation

Le nombre de malades de la COVID-19 actuellement en réanimation en France a dépassé les 2000 personnes, un seuil qui n’avait pas été atteint depuis mai, selon les chiffres officiels, qui font en outre état de 146 morts en 24 heures.

Au cours des dernières 24 heures, 269 nouveaux malades ont été admis en réanimation (contre 147 dimanche) et sur les sept derniers jours, ce sont 1441 qui y ont fait leur entrée, portant le total à 2090. Le nombre de décès depuis le début de l’épidémie est de 33 623.

L’Assemblée nationale va siéger exceptionnellement samedi et dimanche pour examiner le projet de loi prolongeant l’état d’urgence sanitaire dans le pays.

Portugal : vote sur l’application de traçage suspendu

Le gouvernement portugais a annoncé suspendre le vote au Parlement qui aurait rendu obligatoire le téléchargement d’une application de traçage pour freiner l’épidémie de COVID-19 et avait provoqué un tollé dans le pays.

Pour la Commission nationale de la protection des données (CNPD), rendre obligatoire une telle application soulève plusieurs problèmes en matière de « respect de la vie privée », mais aussi « sur le plan éthique ».

Essais sur des volontaires à l’infection

Des chercheurs britanniques de l’Imperial College de Londres comptent infecter des volontaires avec le nouveau coronavirus pour faire avancer la recherche pour trouver vaccins et traitements, ont-ils annoncé mardi, présentant leur étude comme une première mondiale.

La première étape du projet consiste à explorer la faisabilité d’exposer au SARS-CoV2 des volontaires de 18 à 30 ans en bonne santé et sans facteurs de risques afin de déterminer la quantité de virus qui entraîne des symptômes. Il s’agira ensuite d’étudier « comment les vaccins fonctionnent dans le corps pour stopper ou empêcher la COVID-19, regarder les traitements potentiels et étudier la réponse immunitaire » de l’organisme.

Élèves français en quarantaine en Grèce

Vingt-quatre élèves français et leurs trois enseignants accompagnateurs ont été placés dans la nuit de lundi à mardi en quarantaine dans un hôtel à Athènes après qu’une accompagnatrice a été détectée positive au virus COVID-19, a-t-on appris auprès de la police portuaire grecque.

Tests sanitaires payants à Heathrow

L’aéroport londonien d’Heathrow met en place à partir de mardi des tests sanitaires payants pour les voyageurs qui s’apprêtent à prendre un vol pour Hong Kong et l’Italie.

Ces tests salivaires donneront des résultats en une heure, soit beaucoup plus rapidement que les PCR réalisés en laboratoires d’analyse et utilisés par le système de santé NHS.