(Paris) La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 616 965 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mercredi à 7 h.  

Agence France-Presse

Plus de 14 977 470 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l’épidémie, dont au moins 8 338 900 sont aujourd’hui considérés comme guéris.

Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du nombre réel de contaminations. Certains pays ne testent que les cas graves, d’autres utilisent les tests en priorité pour le traçage et nombre de pays pauvres ne disposent que de capacités de dépistage limitées.

Sur la journée de mardi, 6089 nouveaux décès et 237 419 nouveaux cas ont été recensés dans le monde. Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont le Brésil avec 1367 nouveaux morts, les États-Unis (974) et le Mexique (915).

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 142 068 décès pour 3 902 135 cas recensés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins. Au moins 1 182 018 personnes ont été déclarées guéries.

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 81 487 morts pour 2 159 654 cas, le Royaume-Uni avec 45 422 morts (295 817 cas), le Mexique avec 40 400 morts (356 255 cas), et l’Italie avec 35 073 morts (244 752 cas).

Parmi les pays les plus durement touchés, la Belgique est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 85 décès pour 100 000 habitants, suivi par le Royaume-Uni (67), l’Espagne (61), l’Italie (58), et la Suède (56).

La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao) a officiellement dénombré un total de 83 707 cas (14 nouveaux entre mardi et mercredi), dont 4634 décès (0 nouveau), et 78 840 guérisons.

L’Europe totalisait, mercredi à 7h, 206 251 décès pour 2 988 151 cas, l’Amérique latine et les Caraïbes 167 347 décès (3 955 571 cas), les États-Unis et le Canada 150 960 décès (4 013 645 cas), l’Asie 52 729 décès (2 215 617 cas), le Moyen-Orient 23 784 décès (1 038 665 cas), l’Afrique 15 737 décès (751 307 cas), et l’Océanie 157 décès (14 523 cas).

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En raison de corrections apportées par les autorités ou de publications tardives des données, les chiffres d’augmentation sur 24h peuvent ne pas correspondre exactement à ceux publiés la veille.

Le point sur la pandémie

Nouveaux bilans, nouvelles mesures, faits marquants : un point sur les dernières évolutions de la pandémie de COVID-19 dans le monde.

Plus de 616 000 morts

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 616 965 morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mercredi à 7 h. Plus de 14 977 470 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 142 068 décès, devant le Brésil (81 487), le Royaume-Uni (45 422), le Mexique (40 400) et l’Italie (35 073).

Augmentation des contaminations en Belgique

La Belgique, qui comptait mercredi 64 258 cas recensés depuis le début de la pandémie et 9805 décès, enregistre une augmentation significative des contaminations par la COVID-19, et doit « agir vite » pour éviter de nouvelles mesures de confinement, a averti le Centre national de crise.

Le nombre de nouvelles infections au cours de la période du 12 au 18 juillet a augmenté de 89 % et « il s’agit de personnes jeunes, entre 20 et 59 ans, contaminées lors de fêtes ou de rassemblements », a précisé le porte-parole.

Parmi les pays les plus durement touchés, la Belgique est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 85 décès pour 100 000 habitants.

L’Australie sur le qui-vive

L’Australie a annoncé mercredi 501 nouveaux cas de coronavirus, soit le décompte le plus élevé depuis l’arrivée de la pandémie sur l’île-continent, peu touchée jusqu’ici avec près de 13 000 cas de COVID-19 et 128 morts pour une population totale de 25 millions d’habitants.

L’immense majorité des cas ont été recensés ces dernières 24 heures dans l’État du Victoria (sud), où les autorités luttent contre d’importants foyers d’épidémie à Melbourne et dans ses banlieues, qui sont soumises depuis près de deux semaines à de nouvelles mesures de confinement.

France : bilan encore incertain

Il est encore trop tôt pour évaluer le bilan exact de la mortalité due à la COVID-19 en France, notamment en raison des incertitudes sur les décès survenus à domicile, a prévenu mercredi l’agence sanitaire Santé publique France.

« Le nombre de décès directement associés à l’épidémie de COVID-19 ne peut être déterminé précisément à cette étape », conclut-elle alors que 18 861 décès dans les hôpitaux et 10 335 décès dans les Ehpad et les établissements médico-sociaux ont été officiellement comptabilisés comme liés au coronavirus, soit un total de 29 186 entre le 2 mars et le 31 mai (le chiffre a depuis dépassé les 30 000).

Tokyo confiné pour le week-end

La gouverneure de Tokyo a appelé mercredi ses administrés à rester chez eux à la veille d’un long week-end au Japon, alors que le nombre de nouveaux cas quotidiens est en nette augmentation dans la capitale nippone.

La Chine se défend de cyberattaque

La Chine a accusé les États-Unis de diffamation après l’inculpation de deux Chinois mis en cause pour des attaques informatiques contre des entreprises californiennes engagées dans la recherche d’un vaccin anti-COVID-19.

Pas de JO en 2021 sans vaccin ou traitement

Le développement d’un vaccin ou d’un traitement contre le nouveau coronavirus sera un élément fondamental pour permettre aux JO-2020, reportés d’un an, de pouvoir s’ouvrir le 23 juillet 2021, a déclaré mercredi le président du comité d’organisation Yoshiro Mori.

« Si la situation continue telle qu’elle l’est en ce moment, nous ne pourrons pas (organiser les Jeux) », a ajouté le responsable. Les JO-2020 auraient dû s’ouvrir ce vendredi sans le report lié à la pandémie.