(Paris) La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 406 466 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mardi à 7 h.  

Agence France-Presse

Plus de 7 130 550 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l’épidémie, dont au moins 3 124 800 sont aujourd’hui considérés comme guéris.

Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du nombre réel de contaminations. Certains pays ne testent que les cas graves, d’autres utilisent les tests en priorité pour le traçage et nombre de pays pauvres ne disposent que de capacités de dépistage limitées.

Les États-Unis, qui ont recensé leur premier décès lié au coronavirus début février, sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 111 007 décès pour 1 961 185 cas. Au moins 518 522 personnes ont été déclarées guéries.

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Royaume-Uni avec 40 597 morts pour 287 399 cas, le Brésil avec 37 134 morts (707 412 cas), l’Italie avec 33 964 morts (235 278 cas), et la France avec 29 209 morts (191 185 cas).

La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao), où l’épidémie a débuté fin décembre, a officiellement dénombré au total 83 043 cas (trois nouveaux entre lundi et mardi), dont 4634 décès et 78 351 guérisons.

L’Europe totalisait mardi à 7 h 184 256 décès pour 2 301 720 cas, les États-Unis et le Canada 118 900 décès (2 057 429 cas), l’Amérique latine et les Caraïbes 67 114 décès (1 360 947 cas), l’Asie 19 996 décès (712 983 cas), le Moyen-Orient 10 715 décès (491 006 cas), l’Afrique 5354 décès (197 823 cas), et l’Océanie 131 décès (8648 cas).

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le point sur la pandémie

Nouveaux bilans, nouvelles mesures, faits marquants : un point sur les dernières évolutions de la pandémie de COVID-19.

Moscou revit

Les embouteillages ont fait leur retour dans les rues de la capitale russe qui a entamé mardi un déconfinement progressif prévoyant une réouverture par étapes des commerces, restaurants, services à la personne et lieux de loisir.

Le port du masque dans la rue, auquel s’ajoutent les gants dans les lieux fermés et les transports, reste obligatoire dans la mégapole de 12 millions d’habitants.

Moscou est l’épicentre de l’épidémie dans le pays avec près de la moitié des 6142 morts recensés, même si le nombre de contaminations détectées quotidiennement y a chuté, passant de quelque 6000 début mai à 1572 ce mardi.

Plus de 406 000 morts

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 406 466 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mardi à 7 h.

Plus de 7 millions de cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires.

Les États-Unis ont recensé 111 007 décès. Viennent ensuite le Royaume-Uni avec 40 597 morts, le Brésil avec 37 134 morts, l’Italie avec 33 964 morts, et la France avec 29 209 morts.

La France aide l’aéronautique

La France a dévoilé mardi un vaste plan de soutien à sa filière aéronautique représentant « un effort total de 15 milliards d’euros de la nation », dont 1,5 milliard consacré à la recherche vers un avion neutre en carbone en 2035

« Nous décrétons l’état d’urgence pour sauver notre industrie aéronautique pour lui permettre d’être plus compétitive » et « plus décarbonée » en produisant l’« avion vert » de demain, a affirmé le ministre de l’Économie Bruno Le Maire.

À elle seule, la compagnie Air France a bénéficié de sept milliards d’euros d’aide de l’État, une somme comprise dans les 15 milliards du plan.

Hong Kong au secours de Cathay Pacific

Cathay Pacific, le fleuron aérien de l’ex-colonie britannique, a présenté mardi un plan de recapitalisation de 39 milliards de dollars hongkongais (4,4 milliards d’euros), porté essentiellement par le gouvernement hongkongais, afin d’aider le transporteur à faire face aux conséquences de la pandémie qui a cloué ses avions au sol et provoqué des pertes abyssales.

Zone euro : chute du PBI

Affecté par les mesures de confinement liées à la COVID-19, le Produit intérieur brut (PIB) de la zone euro a reculé de 3,6 % au premier trimestre, son repli le plus important depuis la création de la monnaie unique en 1999.

Le PIB a diminué notamment en France et en Italie (-5,3 % chacune) ainsi qu’en Espagne et en Slovaquie (-5,2 % chacune), l’Allemagne affichant pour sa part une baisse de 2,2 %.

Préserver l’Antarctique

Afin de protéger l’Antarctique de toute contamination au coronavirus, la Nouvelle-Zélande va réduire le nombre de projets qu’elle compte mener au cours de la saison prochaine d’octobre à mars sur le continent blanc.

Ne seront permis que « les projets scientifiques à long terme, les activités opérationnelles essentielles et les opérations de maintenance déjà programmées », soit 13 projets sur les 36 prévus initialement sur la base Scott néo-zélandaise.