Quatre mois après l'offensive d'Israël contre la bande de Gaza, le territoire palestinien et ses quelque 1,5 million d'habitants continuent à s'enfoncer dans la misère, peut-on lire dans cet article publié aujourd'hui à la une du New York Times. L'importation de matériaux de construction étant interdite (comme l'importation de tous les autres produits, sauf la nourriture et les médicaments), les Gazaouis vivent encore parmi les ruines laissées par les frappes israéliennes. Pour plusieurs d'entre eux, la religion ou la drogue deviennent un refuge qui ne fait qu'accentuer leur isolement, selon le Times.

Richard Hétu

L'administration Obama a exercé des pressions auprès d'Israël pour l'inciter à laisser entrer des matériaux de construction à Gaza. Le gouvernement israélien s'y refuse pour le moment, disant craindre que le ciment et l'acier soient détournés par le Hamas et servent à la fabrication d'armes. Plusieurs responsables israéliens estiment que leur guerre contre la bande de Gaza a eu l'effet dissuasif souhaité, comme l'attesterait la réduction radicale des tirs de roquettes sur leur pays.

(Photo The New York Times)