L'administration Obama mettra fin aux expulsions de jeunes immigrés clandestins qui sont arrivés aux États-Unis durant leur enfance et qui n'ont pas de casier judiciaire. Elle leur octroiera en outre des permis de travail temporaires.

Richard Hétu

La nouvelle politique, qui sera annoncée cet après-midi par Barack Obama, touchera jusqu'à 800 000 immigrés qui vivent dans la peur d'être expulsés vers leur pays d'origine. Tout en contournant le Congrès, elle répondra à une demande de la communauté hispanique américaine, qui est appelée à jouer un rôle important, voire décisif, dans l'élection du prochain président.

Les immigrés clandestins visés par cette mesure sont arrivés aux États-Unis avant l'âge de 16 ans et ont aujourd'hui moins de 30 ans. Ils ont vécu aux États-Unis au moins cinq ans et ont un diplôme d'études secondaires américain ou ont servi dans l'armée américaine.

La nouvelle politique de l'administration Obama accomplira en partie ce que le président et ses alliés démocrates ont tenté en vain d'accomplir par le biais du Dream Act, un projet de loi rejeté par le Congrès.

La page d'accueil du Drudge Report, qui exploite les stéréotypes anti-mexicains, donne peut-être un avant-goût de la réaction de la droite républicaine.

P.S. : La vidéo de l'annonce de Barack Obama à la Maison-Blanche au cours de laquelle il a été interrompu par Neil Munro, un journaliste du site conservateur Daily Caller (vers 4:40) :

P.S. : Le compte rendu du New York Times sur la nouvelle politique de l'administration Obama, qui a notamment été critiquée par le sénateur républicain de Floride Marco Rubio.