Richard Hétu

S'il faut se fier à cet article de Byron York, la réponse de Marco Rubio au discours sur l'état de l'Union lui a permis de se gagner des admirateurs républicains dans les États où auront lieu les premiers rendez-vous électoraux de la course à l'investiture républicaine pour l'élection présidentielle de 2016. Seule ombre au tableau aux yeux de certains d'entre eux : l'appui du sénateur de Floride à une réforme complète du système d'immigration.

Je retiens pour ma part ce passage du discours de l'étoile montante du Parti républicain qui m'a fait penser à l'approche rhétorique de Mitt Romney :

«Les présidents des deux partis, de John F. Kennedy à Ronald Reagan, ont toujours su que notre système de libre entreprise est la source de la prospérité de la classe moyenne. Mais le président Obama? Il croit que c'est la cause de nos problèmes. Que la récession économique est arrivée parce que notre gouvernement n'impose pas assez d'impôts, ne dépense pas assez et n'exerce pas assez de contrôle.»