Plus de la moitié des shérifs du Colorado refusent d'appliquer les nouvelles lois adoptées par les parlementaires de l'État sur les armes à feu, selon cet article publié aujourd'hui à la Une du New York.

Publié le 16 déc. 2013
Richard Hétu

Ils en ont notamment contre les mesures interdisant depuis le 1er juillet la vente des chargeurs de plus de 15 balles et prévoyant un contrôle des antécédents judiciaires et psychiatriques pour les ventes privées d'armes à feu. Ils considèrent ces mesures trop vagues ou contraires au deuxième amendement de la Constitution américaine.

En milieu urbain, les policiers du Colorado estiment cependant que les nouvelles lois ont eu un effet positif. Les magasins d'armes à feu ont notamment cessé de vendre des chargeurs de plus de 15 balles. Les responsables de l'État affirment de leur côté que la vérification des antécédents pour 3445 ventes privées a empêché 70 individus de se procurer des armes.

Des shérifs de New York, Californie et Floride, entre autres, refusent également d'appliquer certaines lois sur les armes à feu. Ils représentent cependant une minorité dans ces États. À New York, ils ne représentent que deux comtés ruraux.

Les responsables des États en question ne peuvent guère sévir contre ces shérifs, qui jouissent d'une grande latitude dans le choix de leurs priorités pour ce qui concerne l'application des lois.