Après plusieurs mois d'enquête sur le terrain, le New York Times conclut dans un long reportage qu'Al-Qaïda ou d'autres organisations terroristes internationales n'ont joué aucun rôle dans l'attentat contre la mission diplomatique américaine de Benghazi qui a tué quatre Américains le 11 septembre 2012, dont l'ambassadeur des États-Unis en Libye, Christopher Stevens.

Publié le 29 déc. 2013
Richard Hétu

Qui plus est, l'attaque a été provoquée en bonne partie par la colère d'islamistes libyens à l'endroit d'un film anti-islam produit aux États-Unis, selon le Times.

La version du quotidien new-yorkais contredit en plusieurs points celle des républicains du Congrès, qui ont accusé l'administration Obama d'avoir tenté de camoufler le rôle d'Al-Qaïda dans un attentat planifié de longue date. Le président et son entourage ont toujours nié cette accusation.

Selon le Times, le principal suspect dans l'attentat est Ahmed Abu Khattala, décrit comme le chef mécontent et instable d'une milice locale, qui se serait trouvé dans la mission américaine au moment de l'attaque. Khattala admet s'être retrouvé à cet endroit à ce moment mais nie avoir joué un rôle dans l'attentat.

Reste à voir si les républicains réviseront leur version à la lumière des faits présentés par le Times.