Publié le 19 août 2015
Richard Hétu

«Quoi, avec un chiffon ou quelque chose (du genre)?» Talonnée par les journalistes hier au Nevada, Hillary Clinton a de nouveau eu recours à l'humour, ou ce qui en tient lieu, pour minimiser l'importance de la controverse sur ses courriels.

Ici, elle répondait à une question du journaliste de Fox News Ed Henry, qui lui demandait pour la énième fois si elle avait effacé les données du serveur privé qui abritait ses courriels en tant que secrétaire d'État. «Je ne sais pas comment cela fonctionne», a-t-elle ajouté.

D'un certain point de vue, la question d'Henry était redondante. En mars dernier, l'avocat personnel de Clinton, David Kendall, a déjà reconnu que les données du serveur privé avaient été supprimées. Il a néanmoins fourni au FBI l'accès à ce serveur la semaine dernière ainsi qu'une clé USB contenant les courriels que Clinton avait déjà remis au département d'État.

Hier, au Nevada, Clinton a répété qu'elle était parfaitement dans son droit de supprimer tous les courriels personnels qui se trouvaient sur ce serveur. Mais elle n'a pas voulu faire plaisir à Henry et à Fox News en reconnaissant qu'elle avait elle-même effacé les courriels avec un chiffon...

Le FBI tente de déterminer si des courriels contenant des informations classées «top secret» se sont retrouvés dans le compte de Clinton. À tort ou à raison, le blogueur Chris Cillizza du Washington Post et plusieurs de ses collègues conservateurs ont estimé que l'échange de Clinton avec Ed Henry, qui a produit la photo ci-dessous, nuira à la candidate démocrate.