Publié le 13 avr. 2016
Richard Hétu

Selon le décompte de l'Associated Press, Donald Trump a remporté 743 délégués contre 545 pour son plus proche rival, Ted Cruz, lors des primaires et caucus tenus au cours des derniers mois. Mais qui sont ces délégués qui participeront à la convention du Parti républicain à Cleveland?

Dans plusieurs États, les délégués sont choisis par les dirigeants républicains locaux ou par le biais d'élections pour lesquelles des militants déclarent leur candidature. Or, dans cette bataille de l'ombre, Cruz a une bonne longueur d'avance sur Trump, selon cet article publié aujourd'hui à la une du New York Times.

Grâce à la supériorité de son organisation sur le terrain, le sénateur du Texas a en effet réussi à s'assurer de la loyauté de délégués appartenant en principe à Trump. Ceux-ci seront tenus de voter pour le promoteur immobilier lors du premier tour de scrutin à Cleveland, comme l'exigent les règles du Parti républicain. Mais si Trump n'obtient pas la majorité de délégués nécessaires pour remporter l'investiture (1 237), la plupart de ces délégués pourront voter par la suite pour le candidat de leur choix.

Et ce candidat serait évidemment Cruz. D'où l'idée que Trump perdra l'investiture s'il ne l'emporte pas au premier tour de scrutin.

Selon le Times, Trump n'a réalisé que tout récemment ces subtilités de la course à l'investiture républicaine. Et c'est pour cette raison qu'il parle aujourd'hui d'un système «truqué» et accuse le Comité national du Parti républicain d'en être complice (voir la vidéo qui coiffe ce billet). C'est une façon de détourner l'attention sur sa méconnaissance du système ou son incompétence.

Reine Priebus, président du Comité national du Parti républicain, a donné la réplique à Trump sur Twitter hier en écrivant que les règles étaient connues depuis plus d'un an et qu'il incombait aux candidats de s'en informer.

Tout ça pour dire que l'action ne devrait pas manquer à Cleveland en juillet prochain...