L'enquête du FBI sur la gestion de ses courriels lorsqu'elle était secrétaire d'État a fait mal à Hillary Clinton, selon les résultats d'un sondage New York Times/CBS News publié ce matin.

Publié le 14 juill. 2016
Richard Hétu

Pas moins de 67% des électeurs américains estiment que la candidate démocrate à la présidence n'est pas digne de confiance, une hausse de cinq points de pourcentage par rapport au mois dernier. Et l'avance de six points de pourcentage dont jouissait Clinton sur Donald Trump en juin s'est évaporée. Les deux candidats sont aujourd'hui à égalité, récoltant chacun 40% des intentions de vote.

Près de la moitié des électeurs (46%) estiment que la façon dont Clinton a géré ses courriels était illégale, alors que 23% pensent que cette gestion était inappropriée mais pas illégale. En annonçant mardi dernier sa décision de ne pas inculper l'ancienne secrétaire d'État, le directeur du FBI James Comey a affirmé qu'elle avait fait preuve d'une «extrême négligence» dans sa gestion de documents classés.

Trump demeure impopulaire auprès d'une forte majorité des Américains, 62% d'entre eux le trouvant notamment indigne de confiance. Mais son image s'est quelque peu améliorée, 30% des électeurs ayant désormais une opinion positive de lui comparativement à 26% en juin.

Clinton peut se consoler en constatant que 50% des électeurs estiment qu'elle est préparée à assumer la présidence contre 30% pour Trump. Mais son score a également chuté à ce chapitre. Il y a un mois, 59% des Américains estimaient qu'elle était prête à assumer la présidence.