Deux semaines après le massacre de Charleston, dont l'auteur, un jeune suprémaciste blanc, arborait le drapeau confédéré, symbole de l'esclavage et de la ségrégation pour une bonne partie des Américains, le site Breitbart publiait l'image et le titre qui coiffe ce billet.

Publié le 14 nov. 2016
Richard Hétu

Breitbart était alors dirigé par Steve Bannon, qui a été nommé hier par Donald Trump haut conseiller et stratège principal de la Maison-Blanche. John Weaver, ex-stratège républicain de John McCain et John Kasich, a exprimé sur Twitter son dégoût à la suite de cette nomination : «L'extrême droite fasciste et raciste est représentée à quelques pas du Bureau ovale. Amérique, soit très vigilante.»

On retrouve ici d'autres réactions, positives et négatives, à la nomination de Bannon, un ancien banquier de Goldman Sachs qui est devenu par l'entremise de Breitbart le chantre d'un populisme carburant notamment aux théories de complot et au racisme.