Ike Kaveladze travaille aux États-Unis pour l'oligarque russe Aras Agalarov, dont le fils Emin a joué un rôle dans l'organisation de la rencontre du 9 juin 2016 à la Trump Tower entre l'avocate russe Natalia Veselnitskaya et trois proches de Donald Trump, dont son fils aîné.

Publié le 18 juill. 2017
Richard Hétu

Kaveladze a été identifié aujourd'hui comme étant la huitième personne ayant participé à cette rencontre. Son nom s'ajoute à celui d'un autre participant que Trump avait omis de mentionner, en l'occurrence Rinat Akhmetshin, qui a déjà servi dans une unité de contre-espionnage de l'armée soviétique et qui a été mêlé à des affaires de piratage informatique et autres manoeuvres douteuses.

Selon son avocat, Kaveladze a participé à la rencontre à la demande d'Agalarov, qui fait partie des oligarques russes tenus en haute estime par Vladimir Poutine. Toujours selon son avocat, Kaveladze pensait qu'il servirait d'interprète à l'avocate. Or, celle-ci en avait déjà un.

Mettons que le métier d'interprète n'est pas la spécialité de Kaveladze. Né dans la république de Géorgie à l'époque de l'URSS, l'homme a créé dans les années 1990 une société au Delaware qui a fait l'objet d'une enquête du gouvernement américain pour blanchiment d'argent.

Selon l'enquête, Kaveladze et sa société ont ouvert au Delaware 236 comptes de banque pour des courtiers russes, contribuant au transfert de 1,4 milliard de dollars. Il n'a pas été inculpé, comme on peut le lire dans cet article du Washington Post.

Rappelons que Donald Trump fils a accepté de rencontrer l'avocate russe après avoir été informée qu'elle représentait le gouvernement russe et qu'elle possédait des informations incriminantes contre Hillary Clinton.

Selon Trump fils, l'avocate ne disposait d'aucune information intéressante et s'est mise à parler d'adoption.

Il faut savoir que le programme d'adoption d'enfants russes par des parents américains a été interrompu par Poutine en représailles aux sanctions imposées par l'administration Obama contre certains oligarques russes après la mort suspecte d'un avocat ayant dénoncé la corruption dans l'entourage du président russe.

Poutine n'a jamais digéré ces sanctions qui touchent certains membres de son entourage. Peut-être a-t-il jugé bon d'utiliser quelques oligarques de ses amis comme intermédiaires auprès de Trump. Trump et son organisation ne leur doivent-ils pas déjà beaucoup?