La société Max Films a orchestré une rencontre de presse aujourd'hui aux studios TSF de La Plaine Saint-Denis afin d'annoncer un projet extrêmement ambitieux: la mise en chantier d'une trilogie inspirée des 15 (bientôt 16) albums que compte la série Philémon, célèbre bande dessinée de Fred.

Publié le 17 janv. 2013
Marc-André Lussier LA PRESSE

Ce monde fantaisiste, dans lequel un adolescent se retrouve dans un monde imaginaire constitué des lettres qui forment le mot «Atlantique», sera portée à l'écran par Julien Demers-Arsenault et Sébastien Denault, deux cinéastes québécois qui ont fait leurs classes dans le domaine de l'animation numérique, du clip et des effets visuels.

Ils sont parvenus à convaincre le célèbre dessinateur, aujourd'hui âgé de 82 ans, en montrant à ce dernier une maquette en 3D, ainsi que des images reflétant la vision qu'ils entendent donner à son oeuvre.

Toujours très méfiant envers les nombreuses propositions qui lui ont été soumises au fil des ans, Fred explique avoir été touché par le projet des Québécois. «Ils ont tout compris, a-t-il déclaré. Je ne m'attendais pas à cela. C'est très impressionnant pour un auteur de voir son univers prendre forme comme ça. Quand j'ai vu Philémon de dos, j'ai tout de suite senti la petite mélancolie qui émane du personnage.»

Celui qui affirme avoir «de l'encre de Chine à la place du coeur» tient toutefois à conserver un droit de regard sur la suite des choses. «Il faut maintenant voir comment jouent les personnages, prévient-il. Je suis comme un metteur en scène: si les personnages ne sont pas bons, je les mets à la porte!»

L'entente avec l'éditeur Dargaud a été conclue mercredi. Les deux cinéastes s'attelleront dès la semaine prochaine à l'écriture du scénario. Qu'ils écriront en français même si le film sera tourné dans la langue de Shakespeare. Un scénariste anglophone sera ensuite embauché et devra respecter l'esprit des dialogues à la lettre. La distribution n'est pas encore précisée, mais des acteurs hollywoodiens et internationaux pourraient être pressentis.

«Un projet comme celui-là requiert un grand budget, explique le producteur Roger Frappier, sans toutefois avancer de chiffres. Nous comptons coproduire ce film avec la France, mais aussi avec d'autres pays. Et puis, les films doublés n'obtiennent aucun succès dans les pays anglo-saxons, alors que les autres y sont déjà habitués. Tintin a obtenu beaucoup de succès en France l'an dernier et il a pourtant été tourné en anglais.»

Le premier film de la trilogie Philémon devrait être prêt dans deux ou trois ans. Quant à Fred, il s'apprête à publier le 22 février, 26 ans après la publication du 15e tome Le Diable du peintre, Le train où vont les choses, 16e tome de la série Philémon.