Dorénavant, pour Gad Elmaleh, «sky's the limit», comme on dit en anglais. Car l'ovation que l'humoriste franco-marocain a reçue, jeudi, lors du gala d'Eddie Izzard présenté à la Place des Arts, à la suite de son premier numéro "à vie» en anglais, lui a donné la piqûre. Et lui ouvre les portes du monde anglophone...

Éric Clément LA PRESSE

C'est un Gad Elmaleh encore tout surpris de la réaction du public que La Presse a rencontré dans les coulisses à l'issue du spectacle de deux heures.

«Je me suis senti très nerveux au début. Je n'avais plus de salive et le coeur me battait très fort. Ça faisait longtemps que je n'avais pas eu le trac comme ça. Comme quand j'ai démarré. Il y a des choses qui ont bien marché, d'autres qui ont moins marché. C'est une base de travail. Mais je suis frustré! Si tu me dis que là, il y a un club qui m'accepte pour faire 10 minutes ce soir, j'irais! Ça m'a beaucoup excité.»

Il y avait quelques francophones dans le public de la salle Wilfrid-Pelletier (qui l'a accueilli debout lors de son entrée en scène), mais une majorité d'anglophones. Le fait que ce public ait beaucoup ri pendant les 10 minutes de son numéro est très encourageant pour lui.

«L'ovation, c'est sûr, ça me fait super plaisir, dit-il. Mais là, ça y est, j'ai tellement hâte de rentrer et de travailler mes vannes en anglais.»

Pense-t-il maintenant qu'une carrière en anglais est possible?

«Oui, vraiment, répond-il sans hésiter. Ce n'est pas prétentieux, mais je pense, oui. Mais il faut maîtriser plus les choses, la scène et la manière de sortir les mots en anglais. Je ne suis pas encore rassuré, je veux pouvoir sortir de la scène relax.»

Andy Nulman, président des Festivals et de la télévision à Juste pour rire, vient féliciter Gad Elmaleh. «Formidable, lui dit-il. Tu te rends compte que tu es le seul à avoir eu une ovation? Hé, tu reviens quand tu veux! Lâche pas! Tu seras le Dave Chappelle ici en 2014!» Dave Chappelle, qui aura présenté 10 fois son spectacle solo au Theâtre Maisonneuve durant ce mois de juillet.

Puis, c'est Gilbert Rozon qui plaisante devant Gad Elmaleh à propos de sa performance. «On n'avait quand même mis aucun talent très fort avec lui! Un gars comme Eddie Izzard, c'est quand même un parfait inconnu!»

Eddie Izzard impressionné

Eddie Izzard, justement, l'humoriste britannique qui a demandé à Gad Elmaleh de s'essayer en anglais, a été impressionné. «J'étais un peu jaloux, car je pensais que son spectacle aurait été un peu merdique, dit-il en français. Mais il a été fabuleux. Ça m'a rappelé le premier spectacle que j'avais fait en français à Paris. Mais moi, c'était merdique! J'avais oublié mes mots français, car j'avais peur. Lui, il doit persister. S'il fait seulement deux semaines à New York ou à Londres, il peut gagner une carrière en anglais et prendre confiance.»

«Je dois ouvrir ton spectacle en Angleterre», lui lance alors Gad Elmaleh. «Si tu veux, lui répond Eddie Izzard. Quand tu veux!»

Julie Snyder, qui produit Gad Elmaleh depuis quelques années, a dit à La Presse avoir trouvé sa performance "fantastique". «Ce soir, je me disais: «Pauvre lui, avec toutes les vedettes américaines du show!» Et finalement, il a volé le show! Incroyable! J'ai été très impressionnée.»