Présenté cette année à l’Usine C, le 10e festival Chromatic prend de l’ampleur avec six jours de conférences (au lieu de trois), des ateliers éducatifs, des concerts et surtout un volet exposition d’envergure, avec une installation des artistes italiens Maurizio Cattelan et Pierpaolo Ferrari, en collaboration avec Galerie Blanc.

Éric Clément Éric Clément
La Presse

Quelle chance pour les Montréalais et les touristes qui en profiteront pendant un an : Maurizio Cattelan et Pierpaolo Ferrari seront à Montréal le 10 mai pour le vernissage de leur installation TOILETPAPER, présentée à l’extérieur, sur l’espace de Galerie Blanc, à l’intersection des rues Sainte-Catherine et Wolfe.

Grâce à l’aide financière de la Société de développement commercial (SDC) du Village, Galerie Blanc embellit chaque année l’entrée du Village gai avec une expo d’arts visuels qui s’insère dans l’événement Aires libres

Cette année, Chromatic, Galerie Blanc et la SDC frappent un grand coup en invitant à Montréal le réputé artiste italien Maurizio Cattelan et son collègue photographe Pierpaolo Ferrari avec lequel il publie Toiletpaper, la revue semestrielle branchée. « Maurizio Cattelan ne se déplace normalement que pour les biennales, alors on est très fiers de le présenter avec Pierpaolo Ferrari », dit Arthur Gaillard, directeur de Chromatic. 

PHOTO MAURIZIO CATTELAN ET PIERPAOLO FERRARI, FOURNIE PAR CHROMATIC

Une des images du magazine Toiletpaper fondé par l'artiste Maurizio Cattelan et le photographe Pierpaolo Ferrari en 2010.

Âgé de 58 ans, Maurizio Cattelan est une star du marché de l’art contemporain, surtout depuis une dizaine d’années. Autodidacte, il a fait sa réputation avec des œuvres souvent provocantes, par exemple une sculpture grandeur nature du pape Jean-Paul II frappé par une météorite (1999) ou une statue en cire d’Adolf Hitler à genoux en train de prier (2001), vendue aux enchères en 2016 pour 15 millions d’euros. En 2012, le musée Guggenheim de New York a présenté une impressionnante rétrospective de sa carrière, Maurizio Cattelan : All

Provocant

Avec un univers entre surréalisme, humour et pub post-internet, Toiletpaper est un magazine libre et provocant publié depuis 2010. Un lieu de délire artistique et d’imagination sans limites. Un univers coloré, irrévérencieux et loufoque, à la frontière entre l’art et le design, que les deux artistes vont déployer à Galerie Blanc, avec des tableaux vivants qu’on annonce surprenants. 

Commissaire à Galerie Blanc, Nicolas Denicourt dit avoir donné carte blanche à Maurizio Cattelan et Pierpaolo Ferrari pour habiller l’espace d’exposition à ciel ouvert situé en face du cabaret Mado. 

PHOTO ZENO ZOTTI, FOURNIE PAR ARTNEWS

La neuvième heure (The Ninth Hour), 1999, installation de Maurizio Cattelan, ici exposée en 2016, à la Monnaie de Paris

« Ce sont eux qui ont choisi les œuvres, dit-il. Certaines images sortiront dans la prochaine édition de Toiletpaper. Les autres sont plus anciennes. C’est un genre de rétrospective de Toiletpaper avec des photos percutantes des 10 dernières années. Et c’est la première expo solo à Galerie Blanc depuis sa création. Ils occuperont en effet les 9000 pi2 de la galerie jusqu’au 1er mai 2020. » 

De nuit aussi

Les 41 photographies choisies seront rétroéclairées, ce qui permettra de les apprécier aussi de nuit. Contrairement aux autres expos de Galerie Blanc, il n’y aura aucun espace vierge sur le site, puisque tous les murs seront couverts par des photos de Toiletpaper qui fonctionneront comme un papier peint. 

Le 11 mai à 14 h, Pierpaolo Ferrari présentera une conférence sur Toiletpaper à l’Usine C. Mais pas Maurizio Cattelan, allergique depuis toujours à ce type d’exercice.

Autres expos

PHOTO FOURNIE PAR CHROMATIC

Three Times The Hurry, 2018, Winnie Truong, dessin et collage, 19,5 po x 19,5 po

Pour les autres expositions de Chromatic, gérées par la commissaire Alice Pouzet, quatre déploiements seront proposés à l’Usine C. D’abord, Sans objets, un court métrage de Moïa Jobin-Paré, présenté par l’Office national du film. Une « méditation sur la tactilité » au cours de laquelle des musiciens joueront en même temps que la projection. La première aura lieu le 16 mai, à 20 h.

L’expo principale de Chromatic comprendra les œuvres de 14 artistes, notamment les projections de l’artiste new-yorkais d’origine japonaise Motomichi Nakamura, les dessins de Winnie Truong, les céramiques de l’artiste montréalais Trevor Baird, une vidéo de Matthew Biederman et les œuvres de Rajni Perera, dont on avait vu le travail l’an dernier lors de la passionnante Triennale Banlieue ! de la Maison des arts de Laval. 

Il y aura aussi, le soir de l’ouverture de Chromatic, le 10 mai à 22 h 30, une performance satirique de PanoptiCorp, le collectif du Britannique Jake Laffoley et du New-Yorkais Lionell Guzman.

La galerie d’art de Saint-Henri The Letter Bet présentera sept artistes, dont la photographe, réalisatrice et conservatrice non binaire Laurence Philomène et le photographe indépendant Alexi Hobbs.

PHOTO FOURNIE PAR CHROMATIC

Deep Down Tidal, 2017, Tabita Rezaire, installation

La galerie virtuelle Art Contemporary Club est de retour à Chromatic avec, cette année, une sélection de neuf artistes, dont Guillaume Adjutor Provost (qui expose Vapeurs à la Fonderie Darling jusqu’au 12 mai) et le renommé artiste et vidéaste britannique Simon Denny.

Enfin, très exposée en Europe et aux États-Unis, l’artiste française et danoise Tabita Rezaire, établie en Guyane française, présentera Deep Down Tidal, une œuvre très actuelle croisant l’environnement, les sciences, les communications et la politique.

TOILETPAPER, de Maurizio Cattelan et Pierpaolo Ferrarri, Galerie Blanc (angle Wolfe et Sainte-Catherine), jusqu’au 1er mai 2020. Vernissage le 10 mai à 18 h.

Expositions de Chromatic à l’Usine C (1345, avenue Lalonde).

Info: chromatic.ca et galerieblanc.com