Le mécène Michel de la Chenelière a été nommé aujourd’hui président du conseil d’administration du Musée des beaux-arts de Montréal. Vice-président du MBAM depuis 2017, il succède ainsi à Jacques Parisien qui devient président honoraire.

Éric Clément Éric Clément
La Presse

« Je félicite Michel de la Chenelière pour cette nomination à la présidence du CA du MBAM, a dit ce jeudi Jacques Parisien. Grand mécène de l’éducation, il est le candidat tout désigné pour relever ce défi. Déterminé, rigoureux et convaincant, Michel saura poursuivre la mission d’excellence du musée, en plus de renforcer ses liens avec la communauté montréalaise tout comme son rayonnement international. »

Michel de la Chenelière, qui a fait carrière dans le domaine de l’édition scolaire, est un grand bienfaiteur du musée de la rue Sherbrooke, mais aussi d’autres organismes depuis nombre d’années. Sa fondation encourage l’éducation, la réussite scolaire et l’inclusion sociale par le biais des arts et de la culture.

Depuis 2010, l’homme d’affaires d’origine française a permis au Musée des beaux-arts de Montréal de bonifier considérablement ses programmes éducatifs et sociocommunautaires mais aussi de faire la promotion de projets innovants en mieux-être et en art-thérapie.

Il a notamment permis au musée montréalais de doubler ses espaces consacrés à l’éducation, avec la création du Studio Michel de la Chenelière, en 2012, puis à les tripler, avec l’Atelier international d’éducation et d’art-thérapie Michel de la Chenelière, en 2016, un espace devenu un modèle à l’international et qui accueille quelque 300 000 participants par an, un record au Canada.

Michel de la Chenelière a également permis au musée de lancer la série de documentaires L’art fait du bien, des bourses en histoire de l’art et la plateforme scolaire EducArt.

« Qui ne connaît pas Michel au MBAM ! s’exclame Nathalie Bondil, directrice générale et conservatrice en chef du MBAM. Toujours présent sur le terrain, bienveillant, curieux et attentif envers toutes les équipes, il a fait du musée sa deuxième maison. C’est aussi un mécène culturel respecté à l’échelle pancanadienne et internationale. Cet homme d’une grande bonté, aimé de tous, est aussi un entrepreneur respecté et énergique. Son altruisme comme sa détermination à défendre l’éducation et à faire grandir le MBAM font de lui un philanthrope modèle. Quel honneur et quelle joie pour nous que de travailler avec Michel ! »