La grande verrière de verre antique réalisée par Marcelle Ferron pour l’édicule du métro Champ-de-Mars a été gravement vandalisée. Triste et choquée, la famille de l’artiste suggère de faire retirer le gravier du parterre de la place des Montréalaises, qui serait en cause.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

« Le problème à Champ-de-Mars, c’est qu’ils ont mis des roches le long des platebandes, indique Babalou Hamelin, une des trois filles de Marcelle Ferron. On a fait du bon travail en réaménageant la place, mais ces roches, c’est comme un appel au vandalisme. Ce serait mieux de mettre de la terre et des fleurs tout le long, partout. »

Interrogée par La Presse sur la situation, la Société de transport de Montréal (STM) se dit bien au fait du problème et affirme travailler en collaboration avec la Ville de Montréal, propriétaire de la place des Montréalaises. « C’est évident que ce n’est pas viable et qu’il faut trouver une solution permanente », indique Isabelle A. Tremblay, porte-parole de la STM.

Verrière placardée

Inaugurée en novembre 2017, la place des Montréalaises jouxte l’édicule du métro Champ-de-Mars entre l’autoroute Ville-Marie et l’avenue Viger. Ses allées pour piétons sont bordées de gravier, notamment l’allée transversale entre l’avenue de l’Hôtel-de-Ville et l’entrée du métro.

Une visite hier midi nous a permis de constater que la verrière, qui s’étend sur trois des quatre côtés de l’édicule, était couverte d’une douzaine de panneaux de bois, résultat d’actes de vandalisme. Selon la STM, les méfaits auraient été commis durant le week-end de la fête du Canada.

Des cailloux sont restés incrustés dans les panneaux de verre. Nous les avons retirés avant de placarder. Un appel d’offres a été lancé pour faire les réparations, et la succession a été informée de ce qui se passe.

 Isabelle A. Tremblay, porte-parole de la STM

Babalou Hamelin dit qu’elle a exprimé son inquiétude au sujet de la présence de gravier dès sa première visite sur la place. « Lorsqu’ils ont refait le parvis, je leur ai dit : “Surtout, ne laissez pas de roches.” »

Elle affirme que c’est la deuxième fois en quelques mois qu’un acte de vandalisme visant la verrière est commis. À la suite des rebondissements récents, elle a avisé la STM mais aussi Héritage Montréal de ses préoccupations.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

De l’extérieur, les parties de l’œuvre endommagées par les vandales sont bien visibles.

« C’est coûteux, faire ces restaurations. Je voudrais que les gens concernés par le patrimoine travaillent ensemble à trouver une solution. »

Selon elle, laisser les cailloux sur la place est inadmissible, notamment en raison du manque de surveillance nocturne.

Artiste polyvalente

Membre du groupe des Automatistes et cosignataire du manifeste Refus global, Marcelle Ferron (1924-2001) a touché autant à la peinture qu’à la sculpture ou au vitrail durant sa carrière. Son œuvre du métro Champ-de-Mars date de 1968 et est un don du gouvernement du Québec.

Le site de la STM résume l’œuvre ainsi : « Visible de l’intérieur et de l’extérieur de la station, cette gigantesque verrière non figurative attire le regard des voyageurs. L’extrême fluidité du verre participe à un jeu de couleurs mobiles où le rouge, le jaune, le bleu, le mauve et le vert prennent vie. »

En plus de celle du métro Champ-de-Mars, Marcelle Ferron a créé deux autres verrières très connues dans l’espace public, celle du métro Vendôme (couplée à une sculpture en acier inoxydable) et une autre au palais de justice de Granby.