Les signes religieux ont beaucoup fait parler d’eux ces derniers mois. Et, en règle générale, pas pour les traditions fascinantes auxquelles ils sont souvent associés. Notre photographe André Pichette a assisté, à Montréal et dans les environs, à un mariage sikh, une cérémonie où règne une profusion de couleurs, de bijoux, d’épices et qui dure plusieurs jours, au rythme des tambours.

André Pichette André Pichette
La Presse

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Traditionnellement, la mariée porte du rouge, un gage de bonheur. La famille est réunie au temple à 5 h 30 ce matin-là pour la prière. La mariée est restée immuable pendant de longues heures malgré le poids de ses bijoux.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

L’une des filles d’honneur porte un maquillage éclatant, comme le veut la tradition.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Les mariés peuvent se faire enduire le visage d’une pâte faite notamment de curcuma et de farine de pois, histoire d’avoir une belle peau pour le grand jour.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Les femmes aident le marié à décorer son turban. Comme les mariés, les invités portent des costumes flamboyants et ornés de broderies et de pierreries. 

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Les deux mariés posent devant le photographe.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Rocky Dhaliwal avec ses témoins dans le parc Angrignon. Il porte un costume traditionnel et tient un sabre.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Le mariage est précédé de fêtes préparatoires. Les parents de la mariée ont ainsi organisé une soirée mehndi, lors de laquelle ses mains et ses pieds ont été recouverts de dessins au henné. Les femmes de sa famille et ses amies ont aussi pris part à cette coutume très ancienne.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Comme le veut une autre coutume, Rocky Dhaliwal se fait voler ses chaussures par les femmes de sa belle-famille. Le marié doit ensuite négocier avec ses ravisseuses pour les racheter.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Portrait de la mariée dans son sari rouge de mariage. Elle porte aussi les bracelets traditionnels, qu’elle gardera pendant un mois après la cérémonie.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Le jour du mariage. Le marié est acclamé par la foule, au son des tambours, et avant de se diriger vers la salle, les hommes de chaque famille s’échangent des colliers de fleurs. Les frères de la mariée et du marié se lancent aussi dans une lutte amicale. Le but est de lever de terre son adversaire pour montrer sa force… dans la bonne humeur !

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Suman Chagal place ses mains en forme de cœur pour saluer sa famille, émue aux larmes. Après la cérémonie, la mariée fera ses adieux aux membres de sa famille. Pas étonnant que l’émotion soit à son comble.

La démarche de notre photographe

Le photographe André Pichette voulait montrer toute la beauté d’un mariage sikh et ses traditions ancestrales. « À chaque étape, j’ai découvert un monde de beauté, l’union de deux personnes, leurs deux familles et leurs amis, sur un rituel de cinq jours. Et qui parfois s’étire dans la nuit jusqu’au petit matin. Ces célébrations suivent des coutumes précises, toutes plus colorées les unes que les autres », raconte-t-il.