Le tout premier Festival des rythmes du monde et des percussions de Saint-Césaire avait tout un défi à relever: celui de prendre la relève du défunt Percuphonie. Au lendemain des trois jours de festivités, on peut dire mission accomplie.

MARIE-ÈVE LAMBERT

Ce sont quelque 2000 personnes qui se sont déplacées à la halte routière de Saint-Césaire au cours du week-end dernier, soit 500 de plus que l'objectif visé.

«On considère que ça a été un gros succès. Ça a été un week-end de voyages dans différentes cultures du sud avec les principaux intervenants de djembé (tambour africain) au Québec, et on a reçu beaucoup de commentaires positifs», indique Jean-François Durivage, un des deux instigateurs du Festival.

Même la pluie et les orages de samedi soir n'ont pas réussi à faire taire les tambours, alors que le Sénégalais Zale Seck, la tête d'affiche du week-end, se chargeait de faire oublier la météo tristounette aux quelque 600 personnes présentes.