On a beau parler sans cesse du fameux « écosystème de l’intelligence artificielle » de Montréal, difficile d’en avoir une idée claire avec sa faune d’incubateurs, de laboratoires, de partenaires financiers autour de laquelle gravitent des centaines de petites et grandes entreprises.

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

C’est un peu moins vrai depuis que l’organisme Bonjour Startup Montréal a publié cette semaine une carte qui permet de s’y retrouver en un coup d’œil. « L’idée est de guider les entrepreneurs dans cet écosystème en montrant toutes les ressources, explique Liette Lamonde, PDG de l’organisme à but non lucratif fondé en 2019. Il y a tellement d’offres, on sait que ça peut être paralysant. » La carte est loin d’être exhaustive, précise-t-elle, dans ce milieu très dynamique. « C’est sûr que c’est incomplet dès le moment où on la publie. »

> Pour voir la « carte de l’IA montréalaise »

Sennheiser IE 300

PHOTO FOURNIE PAR SENNHEISER

Le son des IE 300 de Sennheiser fait paraître bien fades les AirPods Pro et autres Galaxy Buds, mais ces écouteurs sont filaires et surtout très coûteux, à 399,95 $.

Sennheiser est complètement allé à contre-courant avec ses IE 300. D’abord parce que ces petits écouteurs intra-auriculaires sont filaires, sans Bluetooth ou fonction sophistiquée, et ne fonctionnent donc qu’avec des appareils ayant encore leur prise 3,5 mm. Mais quel son ! À faire paraître bien fades les AirPods Pro et autres Galaxy Buds, surtout pour la précision et l’équilibre de la musique. Par contre, les installer avec leur support flexible qui entoure l’oreille est compliqué et le son de frottement des fils est très présent. Ils sont surtout très coûteux, à 399,95 $. On s’adresse ici à une clientèle très précise, les mélomanes qui tiennent à avoir de petits écouteurs sous la main. Mais à ce prix, on trouve d’excellents casques d’écoute, plus volumineux, certes, mais au son encore meilleur.

Notre note : 3 sur 5

> Pour en savoir plus, visitez le site de Sennheiser

MLB The Show 21

IMAGE FOURNIE PAR SONY INTERACTIVE ENTERTAINMENT

Les principales nouveautés de MLB The Show 21 : un mode de création de stades, qui permet de combiner un millier d’éléments visuels, des journalistes sportifs qui commentent l’évolution de votre joueur et des modes prédéfinis qui s’ajustent à votre niveau.

Revoir des stades pleins d’amateurs est le premier plaisir du roi incontesté des jeux vidéo de baseball, MLB The Show, dont la mouture 2021 est sortie le 20 avril dernier. Les nouveautés : un mode de création de stades, qui permet de combiner un millier d’éléments visuels, des journalistes sportifs qui commentent l’évolution de votre joueur et des modes prédéfinis qui s’ajustent à votre niveau. Mais ne vous réjouissez pas trop vite, le jeu reste très complexe. C’est un des seuls reproches qu’on peut adresser à cette franchise : les ajouts successifs en ont fait un labyrinthe dans lequel il est souvent difficile de se promener. Un bon ménage dans l’interface serait de rigueur. Mais l’amateur de baseball sera comblé, pas de doute.

Notre note : 4 sur 5

> Lisez notre critique complète