Le ministère de la Culture et des Communications annoncera ce mercredi l’octroi d’une somme de 9,7 millions de dollars à RecycleMédias dans le but de soutenir la presse écrite face à ses obligations environnementales.

Lila Dussault
Lila Dussault La Presse

« Présentement, on se bat pour notre survie », résume d’emblée Éric Brousseau, directeur général du journal Le Droit et vice-président du conseil d’administration de l’organisme à but non lucratif RecycleMédias. Il accueille favorablement l’annonce du gouvernement du Québec d’offrir – pour la deuxième année de suite – une subvention aux entreprises de presse assujetties à la Loi sur la qualité de l’environnement.

RecycleMédias représente les entreprises médiatiques québécoises qui ont l’obligation de contribuer aux efforts de récupération et de valorisation des matières résiduelles. En d’autres mots, ces publications doivent contribuer financièrement au recyclage des journaux qu’elles produisent.

Depuis 2013, les journaux québécois doivent même payer 100 % du recyclage. Cela représentait 93,89 $ par tonne métrique de papier en 2017, selon le site internet de RecycleMédias.

En 2020, le tarif à la tonne avait plus que doublé, pour atteindre 264 $. Cette nouvelle subvention représente un allègement estimé à un peu moins que 750 000 $ pour la Coopérative nationale de l’information indépendante (CN2i), qui regroupe six médias québécois dont Le Soleil et Le Droit, selon Éric Brousseau.

Or, la situation financière de la presse écrite au Québec est déjà précaire en raison de la perte de revenus publicitaires qui migrent vers les géants du web. « ​​Dans le contexte actuel, où toute pression additionnelle peut nuire à la santé financière des journaux, cette aide concrète du gouvernement du Québec vise à compenser pleinement les frais en argent exigés des journaux pour les services municipaux de collecte sélective », a indiqué le ministère de la Culture et des Communications par communiqué.

La somme de 9,7 millions pour l’exercice financier 2021-2022 fait partie du Plan d’aide pour soutenir les médias écrits du Québec, précise aussi le communiqué.

Déjà, RecycleMédias avait bénéficié d’un soutien financier de 8,4 millions du gouvernement du Québec pour l’exercice financier 2020-2021. « C’est sûr que c’est un allègement », confirme Éric Brousseau.