À une semaine d’intervalle, la LNH et la NFL viennent de signer de nouvelles ententes de droits télé aux États-Unis. Reine des droits télé, la NFL ira chercher 10 milliards US par année pendant 11 ans. La LNH, quatrième ligue de sport en Amérique du Nord, devrait obtenir jusqu’à 550 millions US par an. Mais même si la LNH vient de doubler ses revenus télé aux États-Unis, une équipe américaine du circuit Bettman génère toujours deux fois moins de revenus en droits de télé nationaux qu’une équipe canadienne.

Vincent Brousseau-Pouliot Vincent Brousseau-Pouliot
La Presse

410 millions US

PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS

Disney – qui possède ABC et ESPN – diffusera des parties de la LNH.

Somme annuelle moyenne obtenue par la Ligue nationale de hockey (LNH) en vendant la majorité de ses droits nationaux aux États-Unis à Disney, qui possède ABC et ESPN, selon le Washington Post. Le contrat précédent, avec NBC, rapportait 200 millions US par an à la LNH depuis 2010. La LNH n’a pas vendu tous ses droits nationaux à Disney. Elle négocie actuellement pour trouver un deuxième diffuseur national aux États-Unis, probablement NBC, Fox ou CBS. Selon le journaliste de Sportsnet Elliotte Friedman, la LNH espère récolter au total 550 millions US par an pour l’ensemble de ses droits nationaux. (Nous avons utilisé ce chiffre pour nos calculs.)

349 millions US

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Rogers et TVA Sports paient en moyenne 436 millions CAN par an pour diffuser les parties de la LNH au Canada.

Somme annuelle moyenne obtenue par la LNH pour ses droits nationaux au Canada. Depuis 2014, Rogers et TVA Sports paient en moyenne 436 millions CAN par an pour une période de 12 ans. Avec le taux de change le 15 mars dernier, ça donne 349 millions US par an. Les droits américains rapportent donc un peu plus que les droits canadiens. Sauf que la LNH compte 24 équipes (25 la saison prochaine avec l’arrivée de Seattle) aux États-Unis, contre 7 au Canada.

Une équipe canadienne est deux fois plus payante

Une équipe canadienne génère donc en moyenne 50 millions US en droits télé annuels pour la LNH. Avec la prévision de 550 millions US par an en droits télé, chacune des 25 équipes américaines génère 22 millions US en droits de télé nationaux. Les revenus des droits nationaux sont redistribués en parts égales parmi toutes les équipes. (Enfin, pas tout à fait en parts égales, car les équipes jouant dans les matchs nationaux obtiennent une compensation parce qu’elles ont moins de matchs régionaux à vendre à leur télé locale.)

Un argument pour le retour des Nordiques ?

PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

L'Avalanche du Colorado a dévoilé ce chandail cette saison, un clin d'œil aux Nordiques de Québec.

Est-ce à dire qu’une équipe de la LNH à Québec générera plus d’argent en droits nationaux qu’une équipe aux États-Unis ? Pas nécessairement. La popularité du hockey dans toute la province de Québec se reflète déjà dans la valeur des droits télé puisque les matchs du Canadien à la télé sont aussi populaires dans l’ensemble du Québec (22 % de cotes d’écoute lors d’un soir de match du Canadien, selon Numeris) qu’à Montréal (22 % de cotes d’écoute). Si les Nordiques revenaient dans la LNH et que le hockey devenait plus populaire, il pourrait y avoir une hausse de la valeur des droits télé. Mais si le hockey restait à 22 % de cotes d’écoute les soirs de match – et que les cotes d’écoute des Nordiques faisaient baisser celles du Canadien –, ce serait un changement à somme nulle.

Retour sur ESPN

PHOTO ANDRÉ RINGUETTE, ARCHIVES AGENCE-FRANCE-PRESSE

Avant la pandémie, la LNH pensait obtenir de 650 à 750 millions US par an pour sa nouvelle entente télé américaine, mais la ligue s’attend maintenant à aller chercher de 500 à 600 millions US.

Avant la pandémie, la LNH pensait obtenir de 650 à 750 millions US par an pour sa nouvelle entente télé américaine, mais la ligue s’attend maintenant à aller chercher de 500 à 600 millions US, selon Elliotte Friedman. Son entente avec Disney prévoit la diffusion de la majorité des matchs des séries éliminatoires sur ABC et ESPN, ainsi que les droits numériques pour ESPN+ (plus de 1000 matchs par saison) et Hulu (75 matchs par saison).

« L’argent est un facteur important, mais ce n’est pas le seul facteur. ESPN offre une vitrine pour aider à faire croître le hockey aux États-Unis. Disney a aussi un intérêt marqué pour ses plateformes numériques et sait comment atteindre une audience plus jeune », dit David Carter, professeur d’administration du sport à l’Université de Californie du Sud.

Même avec un dollar canadien à 80 cents US, le Canada reste un marché de télé plus lucratif pour la LNH, toutes proportions gardées. « Il y a un attrait plus fort au Canada, où c’est le sport national. Les chaînes de télé vont se battre pour avoir les droits au Canada, ce qui fait augmenter les prix », dit le professeur Éric Brunelle, directeur du pôle sports de HEC Montréal.

La NFL passe à 10 milliards par an

PHOTO JENNIFER STEWART, ASSOCIATED PRESS

Un consortium de diffuseurs composé de CBS, NBC, Fox, ESPN et Amazon diffusera les matchs de la NFL.

La semaine dernière, la NFL a renégocié en forte hausse la valeur de ses droits télé aux États-Unis, en obtenant 110 milliards US pour 11 ans auprès d’un consortium de diffuseurs composé de CBS, de NBC, de Fox, d’ESPN et d’Amazon. En moyenne, il s’agit du double du contrat précédent. Entre 2011 et 2023, la LNH, la NFL et la NBA ont haussé de façon semblable (entre 167 % et 180 %) leurs droits de diffusion.