(Paris) Les Bourses européennes évoluaient dans le vert lundi alors qu’à Wall Street les investisseurs restaient frileux, toujours préoccupés par l’inflation, dont les chiffres pour le mois de mai seront publiés jeudi.  

Agence France-Presse

Après une ouverture morose en Europe, la Bourse de Paris reprenait de l’entrain et avançait de 0,56 %, vers 10 h 30. Londres grappillait 0,13 %, Francfort prenait 0,10 %, et Milan gardait son avance, gagnant 0,88 %.

La Bourse de New York évoluait en légère baisse lundi en début de séance, après s’être rapprochée de ses sommets en fin de semaine dernière. L’indice Dow Jones cédait 0,22 %, le NASDAQ reculait de 0,07 % et l’indice élargi S&P 500 perdait 0,23 %.

Toujours préoccupés par l’évolution de l’inflation et la position des Banques centrales vis-à-vis de cet indicateur économique, les marchés réservent toute leur attention pour jeudi avec la publication de l’indice des prix à la consommation de mai aux États-Unis et la réunion de la Banque centrale européenne (BCE).

La BCE présentera ses nouvelles prévisions économiques, dont son analyse de l’évolution de l’inflation, et sa décision de réviser ou non le rythme de ses achats de titres, comme annoncé en avril.

Les analystes de Barclays rappellent dans une note que « les communications récentes de la présidente (Christine) Lagarde et de certains de ses collègues du conseil des gouverneurs suggèrent que la Banque centrale européenne entend maintenir des conditions de financement très accommodantes, compte tenu de perspectives économiques encore très incertaines et de l’absence de changement significatif dans les perspectives d’inflation à moyen terme ».

Mais « le sentiment du marché est également alourdi par les récents commentaires engagés de Janet Yellen », estime Pierre Veyret, analyste pour ActivTrades.  

La secrétaire au Trésor a indiqué dimanche dans un entretien à l’agence Bloomberg que le président Joe Biden devait poursuivre son plan de relance géant, même si cela devait maintenir une inflation élevée jusqu’à l’an prochain, avec une hausse des taux d’intérêt à la clé.

Elle a ajouté qu’un « environnement de taux d’intérêt légèrement plus élevés serait un plus », ravivant la perspective de pourparlers sur un resserrement monétaire.

Lundi, le bon du Trésor américain à dix ans remontait un peu, à 1,57 % contre 1,55 % vendredi à la clôture.

L’automobile tient la route

À Francfort, Continental (+2,92 % à 132,44 euros) et BMW (+1,44 % à 95,76 euros) profitaient de notes positives d’analystes de banques.

Daimler (+0,85 % à 80,22 euros) et, à Londres, Rolls-Royce (+2,87 % à 110 pence) étaient également bien orientés.

À Paris, Stellantis (+1,62 % à 17,43 euros) poursuivait sa hausse entamée la semaine dernière.

Moderna bondit

Moderna bondissait de 7,07 % à 220,69 dollars, après avoir annoncé lundi le dépôt des demandes d’autorisation pour son vaccin contre la COVID-19 chez les adolescents de 12 à 17 ans au Canada et dans l’Union européenne.

Reckitt Benckiser cède son lait infantile

Le groupe britannique de produits d’hygiène et de santé Reckitt Benckiser (-0,83 % à 6434 pence) a annoncé lundi la vente de sa division de lait infantile en Chine pour 2,2 milliards de dollars au fonds d’investissement chinois Primavera Capital.

Amende tricolore pour Google

L’Autorité française de la Concurrence a infligé 220 millions d’euros d’amende à Google pour avoir favorisé ses propres services dans le secteur de la publicité en ligne. Le titre de sa maison-mère Alphabet reculait légèrement de 0,16 % à 2389,82 dollars.

Du côté du pétrole, de l’euro et du bitcoin

Vers 10 h 30, le cours du baril de WTI, référence du pétrole brut aux États-Unis, cédait 0,24 % à 69,45 dollars, après avoir brièvement atteint lundi 70 dollars, une première depuis deux ans et demi, porté par la reprise de la demande face à une offre contenue.

À Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août refluait de 0,47 % à 71,55 dollars après avoir touché 72,27 dollars, son plus haut depuis mai 2019.

De son côté, l’euro s’appréciait de 0,12 % face au billet vert, à 1,2180 dollar.

Le bitcoin était stable (-0,06 %) à 35 950 dollars.