(New York) La chaîne de magasins de jeux vidéo GameStop, sur des montagnes russes en Bourse depuis le début de l’année, a dévoilé des revenus inférieurs aux attentes, mais se veut optimiste pour la suite grâce à l’essor des ventes en ligne.

Agence France-Presse

Son action était très volatile dans les échanges électroniques suivant la clôture de Wall Street après la publication de ses résultats mardi, oscillant entre +6 % et -5 %.

Le groupe fait valoir dans un communiqué que ses ventes à nombre de magasins comparables, un critère souvent retenu dans la distribution, ont grimpé de 6,5 % de novembre à janvier, une période marquée par la sortie des nouvelles consoles PlayStation 5 de Sony et Xbox de Microsoft.  

Ses ventes nettes sur cette période restent toutefois en repli, de 3,3 % à 2,12 milliards de dollars, GameStop ayant réduit le nombre de ses boutiques dans le monde, et ayant dû temporairement fermer certains établissements en raison de la pandémie.  

Sur la période, GameStop a gagné 80,5 millions de dollars.

Sur l’ensemble de l’année se terminant fin janvier, les ventes nettes ont reculé de 21 % à 5,09 milliards de dollars et le groupe a encaissé une perte nette de 215 millions de dollars.

Mais ses ventes en ligne, sur lesquelles le groupe mise beaucoup pour son avenir, ont bondi et représentent désormais 34 % de son revenu, contre 12 % sur la même période en 2019.

Le titre de GameStop avait été emporté fin janvier par un vent de folie spéculative qui l’avait porté à d’improbables sommets.  

Le groupe vaut actuellement 12,7 milliards de dollars à Wall Street, soit environ dix fois plus que fin 2020.  

Le titre a été porté par une armée de boursicoteurs, adeptes des réseaux sociaux et du site Reddit, qui se sont ligués contre de grands fonds d’investissement ayant misé sur l’effondrement boursier de GameStop pour réaliser des profits.

GameStop a été secoué par l’entrée à son capital à l’automne, puis à son conseil d’administration en janvier, du co-fondateur du populaire site de ventes de produits pour animaux domestiques Chewy, Ryan Cohen. Ce dernier milite pour que la chaîne de magasins développe sa présence en ligne.  

La société, qui avait déjà annoncé l’arrivée d’un nouveau directeur technologique, a fait part mardi du recrutement au poste de directrice des opérations de Jenna Owens, qui a travaillé notamment pour Google et Amazon.

Le directeur général du groupe, George Sherman, a affirmé lors d’une conférence téléphonique que GameStop souhaitait « se transformer en une entreprise technologique focalisée sur les clients et suscitant l’enthousiasme des amateurs de jeux vidéo ».

Cette conférence a pris une tournure inhabituelle : elle s’est arrêtée après une présentation de M. Sherman, sans la traditionnelle séance de questions-réponses avec les analystes financiers.  

De nombreuses personnes n’ont par ailleurs pas pu y accéder, le site ayant « atteint ses capacités maximales ».

GameStop a aussi affirmé avoir « renforcé » ses finances et terminé l’année avec 635 millions de dollars de liquidités.