(New York) Les prix du pétrole ont nettement avancé mercredi, après un accès de faiblesse la veille, galvanisés par une chute des réserves d’essence aux États-Unis la semaine passée et à la veille du sommet très attendu de l’OPEP+.

Agence France-Presse

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a grimpé de 2,19 % ou 1,37 dollar à Londres par rapport à la clôture de mardi, à 64,07 dollars.  

Le baril américain de WTI pour avril s’est apprécié de 2,56 % ou 1,53 dollar à 61,28 dollars.

La veille, les deux contrats de référence avaient cédé du terrain, le WTI repassant sous la barre des 60 dollars le baril pour la première fois depuis le début de la semaine passée.

Déjà en hausse en début de séance, les prix du brut ont accéléré après la publication par l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA) de stocks d’essence en chute de 13,6 millions de barils aux États-Unis la semaine dernière.

Ce volume a suffisamment marqué les esprits pour mettre de côté la hausse globale de 21,6 millions de barils des stocks de brut, soit la plus forte hausse hebdomadaire depuis 1982, rendue publique dans le même rapport.

« Il est peu probable que ces données brossent un tableau fiable étant donnés les arrêts de production massifs dans les champs pétrolifères et les raffineries du Texas, causés par le temps glacial d’il y a deux semaines », a tempéré Eugen Weinberg, analyste de Commerzbank.

Les observateurs et acteurs de marché attendent par ailleurs le deuxième sommet annuel de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de ses alliés réunis sous la bannière OPEP+ qui se tiendra à partir de 8 h jeudi.

Lors du premier sommet de 2021 début janvier, l’alliance avait convenu après deux jours d’âpres négociations d’ouvrir petit à petit les vannes jusqu’en mars, se donnant rendez-vous à ce moment-là pour statuer sur la politique à mener à compter d’avril.

Entre prolongation des coupes actuelles et ouverture franche du robinet d’or noir, les pronostics allaient bon train sur le marché déclenchant quelques sursauts au WTI et au Brent au cours de la journée.

En préambule mercredi, les ministres du club de producteurs se sont réunis par visioconférence à l’occasion du désormais mensuel Comité de suivi de l’accord en vigueur de réduction de la production du groupe (JMMC).  

Contrairement au précédent début février, aucun communiqué n’a été publié à son issue.