Chaque dimanche, nous braquons les projecteurs sur des éléments de l’actualité financière et boursière qui peuvent être utiles à l’investisseur, mais qui pourraient être passés sous le radar

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

Un spécialiste du secteur financier a changé d’avis cette semaine à propos des deux grandes banques québécoises, mais en sens inverse.

Sumit Malhotra, de la Scotia, recommande désormais l’achat de l’action de la Banque Nationale et suggère dorénavant de larguer celle de la Laurentienne.

« J’ai beaucoup de respect pour la constance démontrée par la Nationale dans les dernières années. Ma décision de proposer l’achat du titre est moins liée à l’évaluation boursière qu’[au] positionnement de la banque (portefeuille de prêts concentré au Canada, volatilité des revenus de négociation et dépendance au revenu net d’intérêts moindre que chez les autres banques). »

Cet analyste dit s’inquiéter depuis un moment des hausses de dividendes annoncées par la Laurentienne au fil des mois alors que le bénéfice par action généré par la banque est sous pression. Il estime que la Laurentienne est la seule banque canadienne courant le risque de devoir charcuter son dividende.

***

Avril a mal débuté en Bourse avec un repli de 4 % mercredi à Toronto et à New York. Le mois a cependant réellement mal commencé pour les actionnaires de Lightspeed. L’action du fournisseur montréalais de logiciels pour restaurateurs et détaillants a perdu 17 % mercredi, 10 % jeudi et 4 % vendredi.

***

Le spécialiste montréalais des simulateurs de vol CAE a gagné l’appui de la TD en milieu de semaine. Tim James recommande désormais l’achat du titre. « Le repli de l’action représente un point d’entrée attrayant. » CAE est un moyen peu risqué de s’exposer à une relance éventuelle du secteur aérien, dit l’analyste.

***

Raymond James a lancé cette semaine sa couverture de Marché Goodfood avec une recommandation d’achat. Michael Glen voit le titre de l’épicier en ligne montréalais à 4,70 $ d’ici 12 mois. Goodfood bénéficie de la dynamique actuelle (annulation des vacances, télétravail, consommation en baisse de repas préparés en restaurant) qui mènera à une demande soutenue de repas prêts à cuisiner et de services en ligne, souligne l’analyste.

***

L’action de Goodfood s’est appréciée d’environ 35 % en mars et les investisseurs en apprendront davantage cette semaine sur le « momentum » dont profite l’entreprise. La direction fera le point mercredi en publiant sa performance des mois de décembre, janvier et février.

***

Même si le détaillant montréalais Dollarama est reconnu comme un commerce essentiel, les observateurs s’attendent à ce que l’achalandage en magasins chute de manière importante dans les prochaines semaines. De l’ordre de 30 %, souligne Peter Sklar, de la BMO.

***

La pandémie force de nombreuses entreprises à retirer, par prudence, leurs prévisions pour la prochaine année. Les impacts du virus risquent de fragiliser les finances d’un nombre grandissant d’entreprises. Il devient de plus en plus évident que des suspensions de dividendes sont inévitables si la crise perdure. Le fournisseur de pièces d’auto de Boucherville Uni-Sélect, par exemple, a d’ailleurs formulé cette semaine des commentaires en ce sens.

***

C’est au tour de la TD d’appréhender la suspension du dividende du franchiseur montréalais MTY. Dans une note publiée en milieu de semaine, Derek Lessard souligne que le contexte pourrait se détériorer davantage de façon marquée. « Difficile d’imaginer que les dirigeants – et on ne peut les blâmer – sont en mesure de figurer les conséquences à long terme de la pandémie sur les activités. »

***

La Bourse de Toronto sera fermée vendredi pour marquer le début du congé de Pâques.