La Bourse de Toronto a grimpé de plus de 160 points lundi, alors que le prix de l’or a bondi à un nouveau sommet record.

La Presse Canadienne et Agence France-Presse

« [Le cours de l’or] est certainement la plus grosse histoire aujourd’hui », a observé Michael Currie, vice-président et conseiller en investissement chez Gestion de patrimoine TD. « Il a atteint un nouveau record. »

Le prix du lingot d’or a avancé de 33,50 $ US à 1931,00 $ l’once à la Bourse des matières premières de New York, après avoir grimpé plus tôt dans la journée jusqu’à 1941,90 $ US. « Certaines choses étaient déjà en place », a indiqué M. Currie, soulignant l’incertitude, la pandémie de COVID-19 et la faiblesse soutenue des taux d’intérêt.

« Celles-ci ont fait grimper le cours de l’or de façon constante depuis un certain temps déjà. »

Lundi, les tensions croissantes entre la Chine et les États-Unis ont donné au prix de l’or un coup de pouce supplémentaire, a-t-il ajouté.

L’indice composé S&P/TSX du parquet torontois a pris 164 points (1 %) pour clôturer la séance avec 16 161 points. Les gains du TSX ont été généralisés, et le secteur des matériaux, qui regroupe notamment les titres de sociétés aurifères, a avancé de 3,5 %.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 74,75 cents US, en hausse par rapport à son cours moyen de 74,51 cents US de vendredi.

New York portée par les technos

Wall Street a fini en hausse, portée par les géants technologiques Google, Amazon, Facebook et Apple, qui dévoileront leurs résultats trimestriels cette semaine, et suivant de près les négociations sur un nouveau plan de relance aux États-Unis.

Son indice vedette, le Dow Jones s’est apprécié de 0,4 % à 26 584 points. Le NASDAQ a gagné 1,7 % à 3239 points et l’indice élargi S&P 500 est monté de 0,7 % à 3239 points.

Le marché a été porté par la bonne santé des GAFA — Google (+1,4 % pour sa maison mère Alphabet), Amazon (+1,5 %), Facebook (+1,2 %) et Apple (+2,4 %) — qui publieront cette semaine leurs bilans trimestriels respectifs.  

Les patrons de ces quatre mastodontes seront par ailleurs interrogés mercredi par des parlementaires américains dans le cadre d’une enquête sur d’éventuels abus de position dominante et sur la pertinence des lois antitrust existantes.

La progression boursière des GAFA de lundi « suggère que le marché n’est pas inquiet des risques de régulation et pense que ces entreprises sont dans une bonne situation d’un point de vue commercial », observe Patrick O’Hare de Briefing.com.

Boeing, McDonald’s et Starbucks font partie des autres grands groupes de Wall Street qui feront part de leurs revenus et de leurs pertes ou profits d’avril à juin.

Un peu plus d’un quart des 500 entreprises cotées au S&P 500 ont publié leurs chiffres sur cette période.

Selon les données du cabinet spécialisé Factset, elles ont affiché un recul de près de 43 % de leur croissance trimestrielle.

Wall Street est par ailleurs resté à l’affût des discussions au Congrès autour d’un nouveau plan d’aide pour soutenir l’économie face à l’impact économique du nouveau coronavirus.

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, s’est dit optimiste dimanche sur Fox News quant à leur capacité à trouver un consensus, alors que les républicains du Sénat prévoyaient de présenter un projet de loi lundi.

Le conseiller économique à la Maison-Blanche Larry Kudlow a lui indiqué dimanche sur CNN qu’un nouveau chèque de 1200 dollars (1020 euros au cours de lundi) serait sans doute envoyé aux Américains et que le moratoire sur l’expulsion des locataires n’ayant pas payé leurs loyers serait allongé.

Garmin redémarre

Au rang des indicateurs, les commandes de biens durables aux États-Unis ont bondi en juin, pour le deuxième mois d’affilée après le plongeon d’avril dû à la COVID-19, progressant de 7,3 %, une hausse supérieure aux attentes, selon les données publiées par le département du Commerce.

Les acteurs du marché suivront également la réunion monétaire de la Réserve fédérale (Fed) mardi et mercredi, mais n’attendent pas d’annonce majeure.

Parmi les valeurs du jour Hasbro a chuté de 7,4 %. Le fabricant de jouets a fait part de résultats décevants au deuxième trimestre, marqué par des fermetures de magasins, des pénuries pour certains produits et des stocks en baisse.  

Under Armour a progressé de 2,4 % malgré de potentiels ennuis judiciaires. L’équipementier sportif a révélé lundi que le gendarme boursier américain, la SEC, avait envoyé la semaine dernière une lettre à deux des principaux dirigeants de l’entreprise, leur indiquant que des poursuites allaient officiellement être lancées dans une affaire de possible fraude comptable.

Le laboratoire Moderna a grimpé de 9,2 % après avoir annoncé dimanche un investissement de 472 millions de dollars supplémentaires du gouvernement américain pour soutenir le développement d’un potentiel vaccin contre la COVID-19.

Garmin a pris 3,7 %. Les opérations du fabricant américain de montres connectées et de systèmes de navigation par GPS ont repris lundi après une panne de cinq jours causée par une cyberattaque.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine montait à 0,6135 % vers 16 h 35 contre 0,5888% vendredi soir.

Ailleurs à la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a pris 31 cents US à 41,60 $ US le baril, tandis que celui du cuivre a pris environ 1 cent US pour terminer la séance près de 2,90 $ US la livre.