Wall Street a terminé en hausse vendredi, satisfaite par un rapport mensuel sur l'emploi américain éclipsant les annonces de taxes commerciales punitives entre les États-Unis et la Chine.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Selon les résultats définitifs à la clôture, l'indice Dow Jones a pris 0,4% à 24 456,48 points. Le Nasdaq, à forte composante technologique, a avancé de 1,3% à 7688,39 points.

L'indice élargi S&P 500 a progressé de 0,85% à 2759,82 dollars.

Sur la semaine le Dow Jones a pris 0,76%, le Nasdaq 2,37% et le S&P 500 1,5%.

Même si le taux de chômage a augmenté de 3,8% en mai à 4% en juin, les créations d'emplois ont été plus fortes que prévu à 213 000, alors que les analystes tablaient sur 195 000, selon les chiffres publiés par le ministère du Travail.

De plus, le salaire horaire moyen, particulièrement surveillé alors que la banque centrale américaine (Fed) veut juguler toute accélération de l'inflation, a progressé de seulement 0,2%, à 26,98 $US, portant l'augmentation sur un an à 2,7%. Sur le mois, la hausse est inférieure aux anticipations des analystes, qui tablaient sur 0,3%, comme en mai.

«C'est une nouvelle positive dans la mesure où il n'y a pas d'accélération des salaires et donc pas de pression sur la Fed pour adopter une position plus agressive sur les taux directeurs», a estimé Tom Cahill de Ventura Wealth Management.

Les hausses de taux renchérissent les coûts d'emprunt pour les ménages et les entreprises américaines.

Par ailleurs, «de nombreuses personnes réintègrent le marché du travail, ce qui est une bonne nouvelle», a indiqué Phil Davis de PSW Investments.

Le taux de participation au marché du travail a en effet progressé de 0,2 point de pourcentage, à 62,9%.

«Cela signifiera au bout du compte davantage de personnes employées, une consommation en hausse, et on sait à quel point la consommation est importante pour l'économie américaine», a noté M. Cahill.

Le marché a en revanche peu réagi à l'annonce très attendue de taxes douanières accrues sur plusieurs milliards de dollars d'importations chinoises aux États-Unis, et sur une mesure similaire prise aussitôt par Pékin.

Le marché avait «déjà intégré (ces sanctions) aux cours depuis plusieurs semaines», a indiqué M. Cahill.

Les compagnies chinoises cotées à Wall Street n'en ont pas souffert, Alibaba prenant 2,9% et Baidu 3,2%.

Les valeurs technologiques ont fait partie des plus fortes progressions à Wall Street, Facebook prenant 2,4%, Apple 1,4%, Twitter 3,5%  et Netflix 2,5%.

Les secteurs de l'énergie et des télécommunications ont aidé la Bourse de Toronto à clôturer en hausse, pendant que le dollar canadien grimpait avec les données encourageantes sur le marché de l'emploi.

L'indice composé S&P/TSX du parquet torontois a gagné 105,17 points pour terminer la séance à 16 371,78 points.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s'est négocié au cours moyen de 76,31 cents US, en hausse de 0,14 cent US par rapport à son cours moyen de la veille, après que Statistique Canada a indiqué que 31 800 emplois avaient été créés en juin, tandis que les salaires et le taux de participation ont augmenté.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a avancé de 86 cents US à 73,80 $ US le baril, tandis que celui de l'or a cédé 3,00 $ US à 1255,80 $ US l'once. Le prix du cuivre a lâché 1 cent US à 2,82 $ US la livre.

-Avec La Presse Canadienne