La Bourse de Toronto a clôturé en baisse vendredi, tirée vers le bas par la faiblesse du secteur des producteurs aurifères.

Mis à jour le 14 oct. 2016
AGENCE FRANCE-PRESSE

L'indice composé S&P/TSX du parquet torontois a cédé 58,72 points à 14 584,99 points. Le secteur des matériaux, qui regroupe notamment les actions de plusieurs producteurs aurifères, a retraité de 1,54 %, ce qui constituait le déclin le plus important de la séance.

Le cours du lingot d'or a échappé 2,10 $ US à 1255,50 $ US l'once à la Bourse des matières premières de New York.

Sur Wall Street, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a pris 39,44 points à 18 138,38 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a gagné 0,43 point à 2132,98 points. L'indice composé du Nasdaq a avancé de 0,83 point à 5214,16 points.

Le dollar canadien s'est pour sa part apprécié de 0,34 cent US à 76,07 cents US.

Résultats à suivre

Le rythme de publication des résultats trimestriels d'entreprises va accélérer la semaine prochaine et devrait donner le ton à la Bourse de New York.

Lors des cinq dernières séances, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a perdu 0,56% à 18.138,38 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 1,48% à 5214,16 points. L'indice élargi S&P 500 a reculé de 0,96% à 2132,98 points.

«La première série de résultats, notamment avec Alcoa, a été décevante. Ils se sont ensuite améliorés au fil de la semaine» avec les premières banques, a indiqué Hugh Johnson de Hugh Johnson Advisors.

Les banques Citigroup, JPMorgan et Wells Fargo ont toutes trois publié vendredi des résultats pour le troisième trimestre meilleurs qu'attendu.

Plus généralement, les bénéfices ont, pour la première fois depuis début 2015, une chance de dépasser ceux du même trimestre un an plus tôt, même si, d'après le consensus des analystes, ils devraient s'afficher en léger recul.

«Les chiffres réels ont été meilleurs que les estimations initiales à chaque trimestre» depuis quatre ans et demi, a rappelé Sam Stovall de CFRA.

Les investisseurs comptent notamment sur les entreprises technologiques, et surtout sur le reste du secteur financier, pour donner une franche impulsion à Wall Street, au moment où ils se résignent progressivement à une hausse des taux de la Réserve fédérale (Fed) d'ici la fin de l'année.

«Si la Fed relève ses taux, ce sera bon à terme pour leurs marges sur les taux d'intérêts, donc le marché compte sur le secteur financier pour devenir le chef de file», a indiqué Tom Cahill de Ventura Wealth Management.

Pour le secteur technologique, c'est le géant IBM qui donnera lundi le signal de départ de la publication des résultats.

«Ces derniers temps, les résultats des entreprises technologiques ont été mitigés, donc il serait bon de voir une amélioration de leurs performances», a indiqué Chris Low de FTN Financial.

Congrès américain

La politique américaine restera au centre des préoccupations des marchés.

Les difficultés du républicain Donald Trump dans la course à la Maison-Blanche ont pu rassurer les investisseurs qui lui préfèrent, dans l'ensemble, sa concurrente démocrate Hillary Clinton, garante de plus de continuité et de moins d'incertitudes.

«Le problème (..) c'est qu'il n'apparait pas seulement qu'elle peut gagner, mais aussi que ses projets de taxation pourraient passer la barrière du Congrès, si la Chambre des représentants bascule des républicains aux démocrates», a indiqué Hugh Johnson.

- Avec La Presse canadienne