La Bourse de Toronto a clôturé mardi en baisse marquée, au terme d'une longue glissade qui s'est accélérée en fin de journée avec l'annonce de faibles projections de croissance aux États-Unis, lesquelles ont eut le dessus sur la publication de données relativement encourageantes au Canada.

Sunny Freeman LA PRESSE CANADIENNE

L'indice composé S&P/TSX a perdu 135,26 points pour terminer la journée à 12 793,75 points, coulé par les titres énergétiques et miniers. La Bourse de croissance TSXV a chuté de 12,53 points à 2001,52 points.

Le dollar canadien a cédé 0,54 cent US à 97,74 cents US.

Les investisseurs ont préféré placer leurs billes dans l'or et le billet vert américain, compte tenu de l'incertitude entourant la crise de la dette irlandaise, les tensions grandissantes entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, et les faibles projections de croissance pour l'économie américaine.

Les matières premières ont continué à voir leurs cours reculer, après que la Chine eut apparemment pris de nouvelles mesures pour dompter l'inflation en interdisant les achats de précaution de pétrole, de charbon et d'autres ressources naturelles clés.

Le cours du lingot d'or a avancé de 19,80 $ US à la Bourse des matières premières de New York (Nymex), pour clôturer à 1377,60 $ US l'once. L'action de Barrick Gold (TSX:ABX) s'est appréciée de 87 cents à 51,95 $ à Toronto.

Le cours du pétrole brut a quant à lui retraité de 49 cents US à 81,25 $ US le baril sur le Nymex, tandis que le secteur torontois de l'énergie reculait de 1,6 pour cent. Le titre de Suncor Énergie (TSX:SU) a lâché 94 cents à 33,95 $.

Le contrat à terme sur le cuivre pour livraison en décembre a glissé de cinq cents US à 3,70 $ US la livre. Le secteur torontois des métaux de base a pour sa part perdu 2,9 pour cent, l'action de Teck Resources (TSX:TCK.B) ayant notamment cédé 2,09 $ à 48,82 $.

Le sentiment des marchés, déjà miné par les mauvaises nouvelles économiques et géopolitique en provenance d'Europe et d'Asie, a encaissé un nouveau coup avec la publication de prévisions économiques révisées à la baisse par la Réserve fédérale des États-Unis pour l'année en cours et 2011.

«Avec autant d'incertitudes croissantes, il semble que l'équilibre des risque est passé du côté négatif, en tenant compte des développements positifs et d'un potentiel croissant pour les développements négatifs et les déceptions», a observé Colin Cieszynski, analyste de marché pour CMC Markets Canada.

Les investisseurs canadiens ont aussi tenu compte des rapports publiés mardi, lesquels ont fait état d'une hausse des prix à la consommation plus importante que prévu en octobre, tandis que les ventes au détail ont crû en septembre, mais moins que ne l'avaient prédit les économistes.

Pris ensemble, les deux rapports peignent un portrait modestement positif de l'économie canadienne et pourraient influencer la Banque du Canada dans sa prochaine décision au sujet des taux d'intérêt, prévue pour le mois prochain.

Les marchés américains ont eux aussi connu une mauvaise journée, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles cédant 142,21 points à 11 036,37 points. L'indice composé du Nasdaq a lâché 37 points à 2495 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a reculé de 17,11 points à 1180,73 points.

Les responsables de la Fed ont dévoilé une mise à jour de leurs prévisions pour la croissance économique aux États-Unis et s'attendent maintenant à ce que celle-ci ne soit que de 2,4 ou 2,5 pour cent pour l'année en cours, tandis que leur prévision précédente était de 3,5 pour cent.

L'économie devrait en outre croître de 3,0 à 3,6 pour cent l'an prochain, a ajouté la Fed, plutôt que d'entre 3,5 à 4,2 pour cent, comme elle l'avait précédemment estimé.