(New York) Les livraisons du constructeur américain de véhicules électriques Tesla ont reculé par rapport au trimestre précédent pour la première fois en plus de deux ans au deuxième trimestre, freinées notamment par la fermeture de son usine chinoise pendant plusieurs semaines.

Publié le 2 juillet
Agence France-Presse

Le groupe d’Elon Musk a livré au total 254 695 véhicules entre avril et juin, détaille un communiqué samedi. C’est 27 % de plus que sur la même période en 2021, mais 18 % de moins qu’au premier trimestre.

Cela représente une déconvenue pour une entreprise qui se veut en pleine croissance, avec l’ouverture de deux usines supplémentaires depuis le début de l’année, à Berlin et à Austin, au Texas.

Le ralentissement est plus important que prévu par les analystes, qui tablaient sur la livraison de 264 000 véhicules, selon un consensus établi par FactSet.

Le groupe avait prévenu en avril que les problèmes de chaînes d’approvisionnement, qui touchent l’ensemble des entreprises du secteur, allaient continuer à perturber la fabrication de Tesla jusqu’à la fin de l’année.

Cela ne l’avait pas empêché de livrer un montant record de voitures au premier trimestre.

Mais Tesla a aussi dû faire face au deuxième trimestre à la fermeture pendant plusieurs semaines de son usine à Shanghai, où les autorités ont temporairement imposé un strict confinement face à la montée des cas de COVID-19.

Dans un communiqué samedi, le groupe souligne avoir quand même produit 258 000 véhicules (-15 % par rapport au premier trimestre) sur l’ensemble du deuxième trimestre « malgré les problèmes persistants de chaînes d’approvisionnement et les fermetures d’usines, des éléments hors de notre contrôle ». Il remarque aussi n’avoir jamais autant produit de voitures qu’en juin.

En avril, Elon Musk avait estimé que Tesla allait augmenter la cadence au fur et à mesure de l’année et pourrait produire plus de 1,5 million de véhicules en 2022. Le groupe en a produit 563 987 au premier semestre.

Les analystes anticipent plutôt maintenant la fabrication de 1,4 million de véhicules pour l’année, avance Dan Ives de Wedbush, dans une note. Et ce repli a déjà été intégré à Wall Street, où l’action Tesla a chuté de 38 % au deuxième trimestre.

Depuis le début de la pandémie, Tesla était jusqu’à présent parvenu à faire grimper ses livraisons chaque trimestre, là où les autres constructeurs étaient ralentis d’abord par la fermeture des usines au tout début de la propagation du virus puis par un manque de semi-conducteurs.

General Motors et Toyota ont encore vu leurs ventes aux États-Unis au deuxième trimestre baisser de respectivement 15 % et 23 % par rapport à la même période en 2021.