(Toronto) Magna International s’est rapprochée vendredi de son objectif de devenir un leader mondial des technologies avancées d’assistance à la conduite (ADAS) en concluant un accord pour l’acquisition de la société suédoise Veoneer pour 4,8 milliards de dollars (3,8 milliards US), en incluant la dette.

La Presse Canadienne

Le fabricant ontarien de pièces automobiles paiera 31,25 $ US par action en espèces pour chaque action de l’entreprise de technologie de sécurité automobile, ce qui représente une prime de 57 % et confère à Veoneer une évaluation de 3,3 milliards US.

La société prévoit exploiter la plateforme logicielle Arriver, spécialisée dans la perception de capteurs et la politique de conduite, en tant que division commerciale indépendante, et acquérir ses systèmes de contrôle de retenue.

Veoneer sera regroupée avec les activités ADAS existantes de Magna et intégrée à sa division opérationnelle électronique.

Les ventes pro forma de 2020 seraient de 1,2 milliard US, mais Veoneer estime que le marché mondial pour cette technologie était d’environ 11 milliards US en 2020, et atteindra 29 milliards US d’ici 2026.

Magna prévoit réaliser des synergies annuelles d’environ 100 millions US d’ici 2024, en plus des initiatives annoncées précédemment par Veoneer.

Le chef de la direction de Magna, Swamy Kotagiri, a fait valoir que l’acquisition s’inscrivait dans le cadre de sa stratégie visant à accélérer les investissements dans les secteurs à forte croissance.

Les offres technologiques complémentaires de Veoneer, sa clientèle et son empreinte géographique en font un excellent complément à nos activités ADAS, et l’acquisition renforce notre base mondiale de talents en ingénierie et en développement de logiciels.

Swamy Kotagiri, chef de la direction de Magna, dans un communiqué de presse

La transaction a été approuvée à l’unanimité par les deux conseils d’administration. Un groupe d’actionnaires de Veoneer représentant environ 40 % des titres a soutenu l’accord, qui devrait être conclu vers la fin de 2021.

Un « élément positif stratégique »

L’analyste Kevin Chiang, de Marchés mondiaux CIBC, a estimé que l’accord était un « élément positif stratégique ».

« À notre avis, la fusion de Magna et de Veoneer positionne mieux la société combinée pour tirer parti de cette occasion sur un marché en pleine croissance, ce qui devrait entraîner une augmentation du contenu par véhicule pour Magna […] et contribuer à accroître l’exposition de Magna en Europe et en Asie, ainsi qu’à augmenter l’exposition de Magna aux équipementiers asiatiques », a-t-il écrit dans un rapport.

À la Bourse de Toronto, l’action de Magna International a reculé vendredi de 4,93 %, ou 5,28 $, pour clôturer la séance à 101,73 $.