(New York) L’application américaine de courtage Robinhood, qui permet aux particuliers de boursicoter sans frais et a vu sa popularité grandir depuis le début de la pandémie, a déposé officiellement jeudi un dossier auprès du régulateur boursier américain pour faire son entrée à Wall Street.

Agence France-Presse

Le groupe, sans préciser de calendrier ou la somme qu’il espère retirer de cette opération, indique dans le document avoir vu son chiffre d’affaires bondir de 245 % en 2020, à 959 millions de dollars,  

Sa renommée a encore plus augmenté au premier trimestre, avec un chiffre d’affaires en hausse de 309 %.

Fin mars, l’application recensait 18 millions d’utilisateurs qui détenaient au total 80 milliards de dollars d’actifs, contre 7,2 millions un an plus tôt.

Fondée en 2013, l’entreprise s’est fixée comme mission de « démocratiser la finance pour tous » en proposant un outil facile à utiliser à tous ceux qui souhaitent miser de l’argent sur les marchés financiers.

Déjà en vogue avant la pandémie, l’application a décollé pendant les confinements, grâce principalement à des millénariaux disposant de temps et d’argent pour spéculer.  

Elle profite en plus depuis le début de l’année de la frénésie spéculative autour d’actions comme celles de la chaîne de magasins de jeux vidéo GameStop ou des salles de cinéma AMC, surtout générée par des investisseurs particuliers.

Ses méthodes lui valent parfois des réprimandes de la part des autorités reprochant à l’application de présenter les paris financiers parfois complexes comme un jeu pour cibler des investisseurs jeunes et inexpérimentés.

Robinhood, comme pour faire place nette avant son introduction en Bourse, a accepté mercredi de payer une amende de 70 millions de dollars à l’autorité de régulation financière Finra pour avoir causé préjudice à « des millions de clients ayant reçu de l’entreprise des informations fausses ou trompeuses et à des millions de clients ayant été victimes de pannes systémiques en mars 2020 ».  

La société, qui emploie environ 2100 salariés, prévoit de coter sur la plateforme NASDAQ sous le symbole « HOOD » et de réserver 20 % à 35 % des actions mises sur le marché à ses utilisateurs.

Le groupe est parvenu à dégager un bénéfice net de 7 millions de dollars en 2020. Il a toutefois encaissé une perte nette de 1,4 milliard de dollars au premier trimestre en raison d’ajustements comptables portant sur 1,5 milliard de dollars. Son bénéfice d’exploitation s’est lui élevé à 115 millions de dollars sur la période.