Il aura fallu attendre 18 ans et l’ouverture de neuf restaurants pour que Juliette & Chocolat permette que son concept sucré se retrouve entre les mains d’un franchisé avec l’ouverture d’une première succursale à Dollard-des-Ormeaux à la fin de mai. Et d’autres devraient suivre ailleurs au Québec et peut-être même en Ontario.

Nathaëlle Morissette
Nathaëlle Morissette La Presse

Juliette Brun, cofondatrice de Juliette & Chocolat, a ouvert son premier restaurant, avec un menu où les brownies, les crêpes et les biscuits décadents volent la vedette, rue Saint-Denis, en 2003. Peu à peu, l’entreprise se retrouve avec un total de neuf succursales. Elle en a toutefois perdu une récemment. Son restaurant de l’avenue Laurier a fermé ses portes définitivement pendant la pandémie en raison d’une mésentente avec le propriétaire du local.

Par ailleurs, pourquoi avoir attendu si longtemps avant de permettre à un franchisé de vendre du chocolat sous l’enseigne de l’entreprise ? « Dans les premières années, je savais que je ne voulais pas franchiser immédiatement, répond d’emblée Mme Brun, au cours d’un entretien téléphonique avec La Presse. Je savais que je n’étais pas en mesure d’offrir un produit de qualité à quelqu’un qui achèterait le concept. Il y avait le besoin d’apprivoiser mes outils, de mettre en place des systèmes et de les tester avec mes propres succursales. »

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Majd Najjar, propriétaire de la première franchise de Juliette & Chocolat qui ouvrira à la fin de mai à Dollard-des-Ormeaux, en compagnie de Juliette Brun, cofondatrice de l’enseigne

Celle qui affirme avoir reçu plusieurs demandes dans le passé a finalement rencontré le bon candidat avant la pandémie. « Pendant la pandémie, on a continué les discussions, on savait très bien que la situation avait changé et on était très à l’aise avec le fait qu’il pourrait avoir envie de se retirer du jeu. Finalement, non. L’intérêt était encore là. » Le propriétaire Majd Najjar préparera ses premières commandes de brunchs, smoothies et autres chocolats chauds à la fin du mois à Dollard-des-Ormeaux, dans l’Ouest-de-l’Île.

D’autres adresses en région et en Ontario

Cette première franchise ouvrira la voie à d’autres, assure Juliette Brun. Alors que ses restaurants sont tous concentrés dans la grande région de Montréal et à Laval, Mme Brun a l’intention de vendre des franchises en région et à Québec. La capitale nationale pourrait d’ailleurs être la prochaine ville où l’entreprise ouvre une franchise. « J’ai tellement de demandes pour Québec, dit-elle. Pour moi, c’est vraiment le prochain pas logique. »

Elle ne cache toutefois pas que la pénurie de main-d’œuvre en restauration peut parfois être un frein pour les entrepreneurs qui souhaiteraient se lancer dans l’aventure.

La couronne nord de Montréal, Sherbrooke et Trois-Rivières sont autant d’endroits qui pourraient accueillir ce concept de restaurant-chocolaterie.

Ouvrir en région éloignée une succursale qui lui appartiendrait, ce ne serait pas rentable pour la cofondatrice de Juliette & Chocolat, qui explique qu’elle devrait constamment faire des allers-retours et gérer des équipes à distance. Par contre, « avoir un franchisé qui est local, qui connaît sa région, ses élus, les gens, je pense que ça a une valeur ajoutée énorme », dit-elle.

Maintenant, le défi, c’est de trouver de bons partenaires. On a beaucoup de chance. On reçoit beaucoup, beaucoup de demandes.

Juliette Brun, cofondatrice de Juliette & Chocolat

En dehors des franchises, elle a également l’ambition d’ouvrir d’autres restaurants détenus en propre. L’un d’eux, qui sera situé sur la Rive-Sud, devrait prendre les commandes de ses premiers clients d’ici la fin de l’année ou au début de 2022. Puis, Mme Brun souhaite conquérir le marché ontarien. Avant la pandémie, elle voulait commencer à regarder pour des locaux. Mais la COVID-19 a un peu ralenti ses ardeurs.

« On travaille là-dessus depuis avant la pandémie. C’est sûr qu’on veut attaquer des marchés ontariens. C’est dans le processus. On travaille plus sur le volet distribution. Mais on n’est pas fermé à la croissance parce qu’on veut continuer à grandir. »

Juliette & Chocolat

Fondation : 2003

Fondateurs : Juliette Brun et Lionel May

Nombre de succursales : 8 (et une unité de production où il y a seulement des pâtisseries pour emporter)

Franchise : 1 (ouverture fin mai)

Siège social : Longueuil

Nombre d’employés : 300

Chiffre d’affaires annuel : 9 millions

Lorsque les restaurants sont complètement ouverts : 12 millions