(Paris) L’agence de notation financière S&P Global Ratings a annoncé jeudi avoir abaissé les notes de Total et Royal Dutch Shell, après celles d’autres compagnies pétrolières, considérant que les risques pour les groupes pétroliers et gaziers avaient augmenté, en lien avec la transition énergétique et le changement climatique.  

Publié le 18 févr. 2021
Agence France-Presse

Cette décision n’est pas une surprise : S&P avait averti le 26 janvier que ces abaissements étaient probables dans l’industrie.

Et la semaine dernière, l’agence avait déjà abaissé les notes d’ExxonMobil, Chevron et ConocoPhillips.

La note de Total a été abaissée d’un cran, de « A “ » à « A », tandis que celle de Royal Dutch Shell passe de « AA - » à « A” ». Les deux notes sont assorties d’une perspective stable, a indiqué SP.  

L’agence explique qu’elle voit « des risques à long terme pour la profitabilité de l’industrie pétrolière et gazière, en parallèle aux défis de la transition énergétique ».  

S’agissant de Total, S&P relève que le groupe, qui a adopté la semaine dernière le nouveau nom TotalEnergies, « transforme ses activités pour affronter ces défis » et possède « la plus importante capacité installée d’énergies renouvelables par rapport à ses homologues ».

« Cependant, il reste fortement exposé, parce que le pétrole et le gaz devraient rester la principale source de trésorerie d’ici 2050 », poursuit S&P.

Total a enregistré une perte nette de 7,2 milliards de dollars en 2020, contre un bénéfice de 11,2 milliards en 2019.

Quant à Shell, qui a aussi initié un virage vers les énergies renouvelables, il a subi une perte colossale de 21,7 milliards de dollars l’an dernier.