Habituellement, ce ne sont pas des destinations de sportifs. Mais cette année, dans le but de stimuler les commandes de plats à emporter, des restaurants sont sortis de leurs habitudes pour offrir un menu aux saveurs du Super Bowl. Des ailes de poulet et des nachos qui pourraient bien faire mousser les ventes et donner aux employés un dimanche occupé.

Publié le 6 févr. 2021
Nathaëlle Morissette
Nathaëlle Morissette La Presse

À la lumière des précommandes déjà enregistrées, certains restaurateurs affirment déjà qu’ils serviront plus de clients que les années précédentes lors du même évènement.

« Historiquement, les soirées du Super Bowl sont toujours un peu plus mollo, admet Martin Juneau, chef propriétaire du Pastaga. On n’a jamais été reconnus pour être une place qui fait référence aux sports. C’était des orphelins du football qui se ramassaient au resto. »

Mais le vent pourrait bien tourner cette année. « De la façon dont ça s’aligne, on dirait que ça, c’est ce que les gens veulent, c’est ce dont ils ont besoin, ajoute-t-il. J’ai l’impression qu’on va faire plus de clients que si on était juste ouverts et qu’on servait notre menu normal. »

Déjà en milieu de semaine, l’équipe de Martin Juneau avait trouvé preneur pour ses boîtes à emporter à 82 $ – référence au numéro de chandail du joueur québécois Antony Auclair – comprenant notamment des pelures de pommes de terre farcies, des cuisses de poulet BBQ et du chili au bœuf.

« On le fait parce qu’on comprend que les gens vont chercher des évènements précis qui vont donner un peu de couleur à leur quotidien, comme de tripper sur un évènement comme le Super Bowl », soutient-il.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

La cuisine du restaurant Le Petit Flore est en ébullition pour préparer des côtes levées en vue de la soirée du Super Bowl.

Plus au nord, rue Fleury, le restaurant de Stéphanie Bouchard n’a rien non plus d’un repaire de sportifs. Malgré tout, Le Petit Flore tentera lui aussi de s’immiscer dans la soirée de football des amateurs. En ces temps de pandémie, où les restaurants sont en mode survie, tous les prétextes sont bons pour tenter d’inciter les clients à passer une commande.

Et le menu « football » proposé pour dimanche semble déjà faire saliver les sportifs de salon puisque les réservations de boîtes vont bon train, selon Mme Bouchard. Un succès qui ne la surprend pas. « Les gens sont tannés, laisse-t-elle tomber. Tout ce que l’on fait comme menu cartonne. Les gens, c’est leur seul plaisir. »

Elle s’attend également à servir plus de monde cette année que l’an passé.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Stéphanie Bouchard, propriétaire du restaurant Le Petit Flore

Mes clients ne viennent généralement pas manger spécifiquement pour le Super Bowl. C’est sûr que je vais servir plus de gens cette année parce que normalement, ce n’est pas ma clientèle cible.

Stéphanie Bouchard, propriétaire du restaurant Le Petit Flore

Stéphanie Bouchard confie que cette montée d’adrénaline, causée par les préparatifs et la planification pour dimanche, fait le plus grand bien. « C’est ça, le but de ces menus-là, c’est de créer du travail et des défis au quotidien. À un moment donné, on a fait le tour de notre restaurant, on est tout seuls à l’intérieur. »

Grosse soirée en vue à La Cage – Brasserie sportive

Du côté de La Cage, traditionnel lieu de rassemblement pour les amateurs de sport, on se prépare pour cette soirée depuis un mois, souligne Jean Bédard, président de Sportscene, groupe qui gère la chaîne de restauration. « Il y en a qui s’attendent à servir plus de clients en commandes à emporter et livraisons qu’habituellement en salle à manger », dit-il.

Pour l’occasion, La Cage a conçu trois « kits » pour les amateurs de football. Déjà, en début de semaine, près de 300 avaient été réservés. M. Bédard souligne toutefois que les ventes seront moins élevées cette année, car la facture moyenne en commandes à emporter n’égalera pas le montant de l’addition en salle à manger.

Mais « on se prépare à un gros week-end. On rappelle des employés temporaires pour venir aider. Et ils sont bien contents de revenir. Ils s’ennuient », raconte-t-il.

Avec le Canadien qui enfile les victoires et la tenue du Super Bowl, la chaîne connaît ses meilleures semaines depuis que les restaurants sont fermés, selon le grand patron de Sportscene. « Ça va faire un bon entraînement pour commencer à rouvrir éventuellement », croit-il.

Rappelons que le gouvernement Legault a annoncé la réouverture des restaurants à partir du 8 février dans six régions qui passent en zone orange, comme la Gaspésie et le Bas-Saint-Laurent. Pour Sportscene, ces assouplissements permettront la reprise des activités pour 7 établissements de La Cage, sur un total de 42.