Hydro-Québec a reçu le permis présidentiel pour construire la ligne de transport qui lui permettra d’acheminer son électricité au Massachusetts.

Hélène Baril Hélène Baril
La Presse

« Le département fédéral de l’Énergie a accordé le permis présidentiel au projet de ligne de transport New England Clean Energy Connect (NECEC), a fait savoir la société d’État. Toutes les autorisations réglementaires nécessaires à la réalisation du projet ont donc été obtenues aux États-Unis ».

Le permis présidentiel était la dernière d’une longue série d’autorisations réglementaires que devaient obtenir Hydro et son partenaire américain, Avangrid, avant de commencer la construction de l’interconnexion.

« L’obtention du permis présidentiel est une excellente nouvelle, a commenté Sophie Brochu, présidente-directrice générale de la société d’État, dans un communiqué. Tout comme la pandémie, l’urgence climatique ne connaît pas de frontières. Ce projet d’interconnexion constitue un grand pas dans nos efforts de décarbonation ».

Le projet permettra à Hydro-Québec d’acheminer 1200 mégawatts d’hydroélectricité jusqu’en Nouvelle-Angleterre, en passant par Lewiston, dans le Maine et d’encaisser des centaines de millions de revenus. Le projet demeure soumis à l’approbation de la portion québécoise de l’interconnexion.