(New York) La banque d’affaires américaine Morgan Stanley a annoncé jeudi racheter la maison de courtage en ligne E* Trade, une transaction valorisée à 13 milliards de dollars.

Agence France-Presse

Cette acquisition, la plus grosse jamais réalisée par une grande banque américaine depuis la crise de 2008, s’inscrit dans les manœuvres en cours dans le secteur du courtage en ligne en proie à une rude concurrence pour attirer de nouveaux clients.

Cette transaction, qui doit encore recevoir le feu vert des autorités de la concurrence, confirme le virage amorcé par Morgan Stanley, qui a failli disparaître pendant la crise financière en raison de mauvais paris financiers.

La firme, dont le siège est situé à quelques mètres de Times Square à New York, s’est transformée récemment d’une banque tournée vers les activités spéculatives de marché en gestionnaire de fortunes aussi bien pour les puissants que pour les classes moyennes.

En mettant la main sur E* Trade, Morgan Stanley veut aller plus loin et gérer l’argent, l’épargne et les actifs des petits investisseurs.

E* Trade propose en effet des services financiers aux petits épargnants et revendique 5 millions de clients pour des actifs sous gestion évalués à 360 milliards de dollars.

La société, fondée en 1982 à Palo Alto en Californie, propose aussi des services de banque en ligne, dont des dépôts, que pourrait utiliser Morgan Stanley pour octroyer des prêts aux particuliers, aux PME et TPE.

E* Trade fait partie de ces petites maisons de courtage qui ont révolutionné dans les années 80 la manière dont les petits investisseurs pouvaient placer leur argent à Wall Street, en concurrençant directement les grandes maisons de courtage qui y faisaient la pluie et le beau temps et prenaient souvent de juteuses commissions.

Son rachat par Morgan Stanley intervient dans un contexte compliqué pour le secteur qui se livre à une rude bataille pour appâter les petits investisseurs, de plus en plus friands de produits financiers peu chers et faciles à utiliser.

Ces entreprises font face à la montée en puissance de start-up comme Robinhood, qui proposent déjà depuis quelques années de boursicoter à Wall Street sans frais.

En novembre, Charles Schwab et TD Ameritrade, deux rivaux de E* Trade, ont fusionné pour créer un mastodonte du secteur afin de rester un acteur de premier plan dans le nouveau paysage du courtage.

Le rachat de E* Trade par Morgan Stanley, qui sera financé par échanges d’actions et accorde une prime de 30 % aux actionnaires de la fiancée comparé au cours de clôture de l’action mercredi soir à Wall Street, devrait être scruté de près par les régulateurs déterminés à éviter les erreurs ayant conduit à la crise de 2008.