(Montréal) Bell permettra à d’autres fournisseurs de service internet d’utiliser plus facilement ses milliers de poteaux à travers la province pour ainsi accélérer le développement de l’internet haute vitesse en région.

Stéphane Blais
La Presse Canadienne

L’entreprise en a fait l’annonce vendredi matin dans un communiqué en précisant que de nouvelles mesures vont « simplifier le processus encadrant les demandes d’accès aux infrastructures aériennes par d’autres fournisseurs de services au Québec ».

Les lignes de poteaux qui soutiennent des infrastructures de télécommunication et d’électricité doivent être entretenues en respectant des normes strictes, dont certaines découlent de la crise du verglas de 1998.

Lorsqu’une entreprise désire ajouter de l’équipement à ces infrastructures ou les modifier, pour permettre à un village d’accéder à internet haute vitesse, par exemple, elle doit s’assurer que les normes sont respectées.

Plusieurs entreprises ont, dans les dernières années, demandé l’accélération de ce processus. Dorénavant, les titulaires pourront effectuer leurs propres relevés de la structure ainsi qu’effectuer leurs travaux dès que leurs ingénieurs auront confirmé que les standards de sécurité sont respectés.

« Aujourd’hui, il y a beaucoup de situations où une entreprise doit attendre qu’on apporte des correctifs sur la ligne de poteaux avant d’installer ses équipements, mais après l’annonce d’aujourd’hui, les entreprises pourront procéder à l’installation de leur équipement, si c’est sécuritaire, avant que les correctifs soient effectués », a précisé Charles Gosselin, directeur des affaires gouvernementales et relations avec le milieu de Bell au Québec.

« Ça vient délester, et dégager la machine de demande de permis qui est très sollicitée », a ajouté Charles Gosselin.

Au cours des derniers mois, Ottawa et Québec ont octroyé des subventions à plusieurs entreprises de télécommunication afin d’accélérer la distribution de la haute vitesse dans les régions, ce qui a généré « un tsunami de demande d’accès aux poteaux », a indiqué Charles Gosselin.

Des travaux assujettis à des inspections par ses professionnels

Pour s’assurer de la conformité des travaux qui seront effectués par les autres fournisseurs sur ses poteaux, Bell a annoncé la mise sur pied d’un « centre d’excellence » qui « permettra un partage accru des meilleures pratiques aux titulaires et une meilleure communication par l’assignation d’une personne-ressource technique et décisionnelle à chacun des titulaires ».

Accélérer le développement de l’internet haute vitesse

Des centaines de milliers de foyers québécois n’ont pas accès à la haute vitesse.

Au printemps dernier, le gouvernement du Québec et les entreprises propriétaires de parcs de poteaux, comme Bell et Telus, ont mis sur pied une table de coordination pour accélérer le déploiement d’internet haute vitesse en région, et donc faciliter l’accès aux poteaux par d’autres entreprises.

Les nouvelles mesures annoncées par Bell découlent de cette « table de coordination ».

Sur Twitter, le premier ministre François Legault a qualifié l’annonce de Bell de « bonne nouvelle pour l’implantation d’internet haute vitesse partout au Québec ».

Cet automne, le gouvernement Legault avait toutefois reconnu que sa promesse électorale de brancher tout le Québec à internet haute vitesse d’ici 2022 avait de bonnes chances de ne pas être respectée.