(Toronto) Le grand patron de la Banque TD termine l’année 2020 en préconisant un « optimisme prudent », un message qu’il a répété presque tous les trimestres cette année.

Tara Deschamps
La Presse Canadienne

Le chef de la direction, Bharat Masrani, a souligné jeudi que la deuxième vague de COVID-19 avait contraint certaines régions à resserrer leurs restrictions, mais il dit observer chaque jour une amélioration de la confiance des consommateurs et des développements de plus en plus prometteurs au sujet d’éventuels vaccins contre le virus.

« Les perspectives restent incertaines », a-t-il affirmé aux analystes lors d’une conférence téléphonique pour discuter des résultats financiers de sa banque au quatrième trimestre.

« La pandémie pourrait entraîner de nouveaux revers et nous prévoyons que la reprise des bénéfices sera inégale, mais nous sommes sortis de l’exercice 2020 avec un élan. »

Des sentiments semblables à ceux de M. Masrani ont été évoqués tout au long de la semaine par les autres patrons des grandes banques canadiennes alors qu’ils publiaient leurs plus récents résultats financiers.

Ils conviennent tous qu’il est impossible de prédire les rebondissements que la pandémie entraînera dans les mois à venir, mais ils se sentent rassurés par les allégements gouvernementaux de plusieurs milliards de dollars, les reports de prêts et la faiblesse des taux d’intérêt, qui relèvent lentement l’économie.

« Les programmes d’aide gérés par la banque et le gouvernement ont eu l’effet souhaité d’aider nos clients », a noté Ajai Bambawale, chef du risque à la TD, lors de la même conférence que M. Masrani.

« Cependant, la forme de la reprise, ainsi que l’ampleur et le moment de l’impact ultime sur le crédit restent incertains. »

Les remarques de MM. Bambawale et Masrani ont été faites quelques heures après que la TD a indiqué avoir surpassé les attentes des analystes et dégagé un bénéfice en forte hausse au quatrième trimestre.

Profits supérieurs aux attentes

La TD a engrangé un profit de 5,14 milliards, soit 2,80 $ par action, pour le trimestre clos le 31 octobre, contre celui de 2,86 milliards, ou 1,54 $ par action, de la même période l’an dernier.

Sur une base ajustée, la TD affirme avoir gagné 1,60 $ par action au cours de son dernier trimestre, comparativement à un bénéfice ajusté de 1,59 $ par action un an plus tôt.

Les analystes s’attendaient en moyenne à ce que la banque réalise un bénéfice ajusté de 1,28 $ par action, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.

Les revenus ont totalisé 11,84 milliards, contre 10,34 milliards à la même période un an plus tôt.

Le trimestre de la banque a été marqué par la conclusion d’un accord qui lui a permis d’acquérir une participation de 13,5 % dans la société d’investissement américaine Charles Schwab Corporation, à la suite de l’acquisition par Schwab de TD Ameritrade Holding.

La TD a également clôturé l’année en comptabilisant 917 millions en provisions pour pertes sur prêts, une réserve utilisée pour parer aux créances douteuses.

Les provisions de la TD pour le quatrième trimestre étaient en hausse par rapport à celles de 891 millions d’il y a un an, mais en baisse par rapport à celles de près de 2,19 milliards au troisième trimestre.

« Bien que je m’attends à ce que les provisions pour créances douteuses soient plus faibles en 2021 […], étant donné le degré d’incertitude persistante, elles pourraient rester élevées par rapport aux niveaux d’avant la COVID-19 et pourraient varier d’un trimestre à l’autre », a averti M. Bambawale.