Alors que Rogers prévoit acheter tous les actifs de Cogeco si l’entreprise québécoise accepte l’offre l’Altice USA, Rogers tient à rassurer le Québec dans un communiqué publié ce vendredi. L’entreprise canadienne, dont le siège social est à Toronto, dit s’engager à ce que la direction de Cogeco et son siège social restent au Québec.

Isabelle Dubé Isabelle Dubé
La Presse

Soulignant sa présence dans la province depuis 35 ans, Rogers affirme qu’elle prendrait la même approche que lors de l’acquisition de Fido en 2004. La marque Fido est toujours située à Montréal, où ses dirigeants y travaillent depuis 1996.

Rogers et Fido emploient environ 3000 Québécois dans l’ensemble de la province, à des postes liés aux réseaux et à la technologie, aux médias, aux solutions aux entreprises et aux particuliers, aux ventes ainsi qu’à la vente au détail, précise le communiqué.

« En tant que membre du conseil d’administration de Rogers, je sais que l’engagement à investir et à croître au Québec est tout aussi important pour la famille Rogers, l’entreprise et l’équipe de direction », a déclaré Robert Dépatie, administrateur de l’entreprise.

Rogers est le plus important actionnaire de longue date de Cogeco et compte près de 2 millions de clients au Québec.

Selon une étude de PwC commandée par Rogers, l’empreinte économique totale des investissements et des activités de l’entreprise au Québec a atteint, en 2019, plus de 2,7 milliards de dollars de production.