(New York) Une page se tourne pour la marque de lingerie Victoria’s Secret, connue pour son défilé de mode ultra-sexy aujourd’hui disparu : sa maison mère L Brands en a cédé le contrôle au fonds Sycamore Partners à un prix la valorisant à 1,1 milliard de dollars.

Agence France-Presse

Lex Wexner, 82 ans, abandonnera ses fonctions de PDG à l’issue de la transaction tout en restant membre du conseil d’administration. Il avait fondé L Brands en 1963 et racheté Victoria’s Secret en 1982, pour 1 million de dollars à l’époque.

Il s’était récemment retrouvé sous les projecteurs pour ses liens avec Jeffrey Epstein, le financier new-yorkais mort en prison en août après avoir été inculpé de multiples agressions sexuelles sur des jeunes filles mineures, ainsi que pour des accusations de sexisme au sein de l’entreprise.  

Il est aussi régulièrement reproché à la marque Victoria’s Secret son manque de diversité et son esprit « femme-objet ».

La société avait confirmé en novembre 2019 l’annulation de son spectacle aux tenues affriolantes, en décalage avec le mouvement #metoo.

Victoria’s Secret, qui incarnait autrefois le glamour, n’arrive pas, malgré de récents changements de dirigeants, à retrouver un second souffle et ses ventes patinent.  

L’action du groupe a été divisée par 4 depuis son pic en 2015. Elle reculait de 11,5 % dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de la Bourse jeudi.

L Brands a vendu 55 % du capital de Victoria’s Secret à Sycamore Partners, détaille l’entreprise dans un communiqué.

La maison mère garde en revanche le contrôle de la chaîne de magasins de produits de soins Bath & Body Works, qui sera dirigée par son actuel directeur des opérations, Andrew Meslow.  

Cette filiale a apporté en 2019, selon M. Wexner, « la vaste majorité du bénéfice opérationnel » de L Brands.  

« Nous pensons que la séparation de Victoria’s Secret Lingerie, Victoria’s Secret Beauty et PINK en une société privée constitue le meilleur moyen de ramener leurs activités à leurs niveaux historiques de rentabilité et de croissance », a commenté M. Wexner.

L Brands prévoit d’utiliser l’argent de la cession des parts de Victoria’s Secret pour réduire sa dette.