(New York) Goldman Sachs a annoncé mercredi une chute de son bénéfice net de 25,8 % à 1,72 milliard de dollars au quatrième trimestre 2019, en raison d’une charge juridique de 1,1 milliard destinée à résoudre des contentieux.

Agence France-Presse

La banque d’affaires américaine fait l’objet d’enquêtes aux États-Unis et en Malaisie pour son rôle dans le retentissant scandale de détournement des fonds de 1MDB (1Malaysia Development Berhad), une entité fondée en 2009 par les autorités malaisiennes pour servir au développement économique du pays.

Elle négocie actuellement un accord avec le ministère de la Justice américain (DoJ) mais a vu sa première offre de compensation rejetée par le gouvernement malaisien.

Goldman Sachs avait aidé à lever 6,5 milliards de dollars pour 1MDB et touché 600 millions de dollars de commission.  L’argent levé aurait été détourné, selon les autorités malaisiennes et américaines, au profit notamment de l’ex-premier ministre malaisien, Najib Razak, et ses proches pour financer des dépenses somptuaires.

Lors du trimestre écoulé, le chiffre d’affaires de la firme a bondi de 23,2 % à 9,96 milliards de dollars, ce qui constitue le deuxième meilleur quatrième trimestre depuis 2007, insiste Goldman Sachs.

Les courtiers ont par ailleurs retrouvé le sourire, alors que les banquiers conseillant les entreprises dans différentes transactions traversent une période difficile du fait d’une chute des opérations de fusions-acquisitions.

L’activité de courtage des obligations, des matières premières et des devises (FICC) a vu ses recettes bondir de 63 %, tandis que celles du courtage des titres financiers ont augmenté de 12 %.

À l’inverse, l’activité de conseil enregistre un recul de 6 % de son chiffre d’affaires, a détaillé Goldman Sachs, dont le PDG David Solomon a promis de présenter, le 29 janvier prochain, un plan stratégique visant à mettre en valeur les nouvelles priorités de la banque.

Pour l’ensemble de l’année 2019, Goldman Sachs a dégagé un bénéfice net de 7,9 milliards de dollars, en recul de 20 %, pour un chiffre d’affaires de 36,5 milliards (-0,2 %).

L’établissement, qui propose désormais une division de banque de détail via la plateforme Marcus, a vu les défaillances de ses clients augmenter de 58 % en un an.

À Wall Street, le titre reculait de 0,45 % vers 8 h 05 dans les échanges électroniques de préséance.