Le Club Med Charlevoix accueillera ses premiers clients un an plus tard que prévu. La pénurie de main-d’œuvre dans l’industrie de la construction a forcé le Groupe Le Massif, partenaire dans le projet, à revoir son échéancier pour fixer l’ouverture en décembre 2021.

Nathaëlle Morissette Nathaëlle Morissette
La Presse

Le Club Med, qui avait déjà commencé à prendre des réservations, fait face à une situation exceptionnelle puisqu’il assure avoir l’habitude d’inaugurer ses villages dans les délais prévus.

« On s’est rendu compte il y a environ six semaines, quand les soumissions commençaient à entrer, [qu’on ne pourrait pas ouvrir à temps], a dit vendredi André Roy, vice-président directeur et directeur général du Groupe Le Massif, en entrevue avec La Presse. C’est décevant, ce n’est pas ce qu’on souhaitait. »

La décision a été officiellement annoncée vendredi dans un communiqué.

« La construction va très bien au Québec, ajoute M. Roy. Les entrepreneurs ont tellement de travail. C’est comme un jeu de dominos. »

Il explique, par exemple, que si les ouvriers spécialisés dans les infrastructures d’acier ne peuvent se présenter sur le chantier avant deux mois, les délais ont un effet sur tout le reste.

Un retard marqué

Bien que la date d’ouverture soit repoussée, le chantier du futur village de vacances quatre saisons bourdonne, assure le grand patron du Groupe Le Massif. Près de 15 % du site est déjà construit et quelque 120 ouvriers s’y affairent tous les jours. Normalement, à cette période-ci de l’année, les travaux auraient dû être réalisés dans une proportion allant de 20 % à 25 %.

L’objectif, c’est de fermer l’enveloppe extérieure au début de l’année pour ensuite travailler à l’intérieur.

André Roy, vice-président directeur et directeur général du Groupe Le Massif

Rappelons que le projet de 120 millions de dollars comptera 302 chambres. Le Club Med Charlevoix sera le premier village de montagne en Amérique du Nord. Lors de l’annonce du projet en 2017, la société avait manifesté son intention d’offrir des activités à l’année, même en novembre, moment peu propice aux sports extérieurs. L’objectif est d’accueillir 50 000 visiteurs annuellement, dont 70 % seraient des familles.

Vendredi, le Club Med s’est dit en accord avec le nouvel échéancier établi par le Groupe Le Massif. « Notre but, c’est d’avoir un village qui réponde aux plus hauts standards », affirme Julien Laurent, responsable des projets marketing pour Club Med Canada. Il ajoute que l’entreprise préfère repousser l’ouverture plutôt que d’avoir recours à des entrepreneurs étrangers.

L’entreprise, considérée comme le leader des vacances tout inclus, n’a toutefois pas l’habitude de ce genre de situation.

C’est rare que ça arrive. On arrive toujours dans les temps.

Julien Laurent, responsable des projets marketing pour Club Med Canada

Déception du maire

Club Med avait par ailleurs commencé à prendre des réservations pour les groupes d’affaires. À la suite de cette décision, on leur a proposé d’autres destinations. La société qui appartient au conglomérat chinois Fosun international possède 70 villages – plage et montagne – dans plus de 26 pays, où il emploie quelque 23 000 personnes.

Pour sa part, Gérald Maltais, maire de Petite-Rivière-Saint-François, municipalité qui accueillera ce méga projet, s’est dit « déçu » par cette décision. « C’est sûr que ça nous dérange un peu, a-t-il dit lorsque La Presse l’a joint au téléphone. Mais dans ces gros projets-là, on a toujours une réserve sur la date de livraison. On a hâte et on a tous des questionnements sur l’incidence [qu’aura le projet]. »