« C’est dur, ça ne va pas bien », confie Benoît Thouin, vice-président de la librairie indépendante Le Parchemin, au lendemain de la fermeture de l’institution de la rue Sainte-Catherine Est à Montréal.

ISABELLE MASSÉ ISABELLE MASSÉ
La Presse

Depuis la fin de la semaine dernière, les clients et usagers du métro Berri-UQAM se heurtent à des portes closes. La longue devanture du commerce, où l’on peut acheter tant des livres que des sacs, des bijoux ou des objets pour la maison, est plongée dans le noir.

Sur sa vitrine et sur sa page Facebook, Le Parchemin (où travaillent environ 25 employés) avait annoncé qu’elle était fermée « aujourd’hui » ou « exceptionnellement » pour des raisons « hors de [son] contrôle », depuis le 19 juillet. Le local de 10 000 pieds carrés est sous clé pour « défaut de paiement », dit un représentant de Métrocom, qui gère avec la Société de transport de Montréal (STM) les locaux commerciaux du métro.

« Comme ils n’ont pas payé de loyer depuis quelque temps, on a été contraint de fermer les locaux », indique Amélie Régis, conseillère corporative en affaires publiques de la STM.

Bien ancrée dans l’est du centre-ville, la librairie Le Parchemin a vu le jour en 1966, année de l’ouverture du métro. Hubert Thouin, frère de Benoît Thouin, en est le président depuis 2012.

La direction, qui a tenté de trouver un groupe d’investisseurs, dit qu’elle y injecte de l’argent depuis des années sans succès. « C’est regrettable, car c’est beaucoup d’énergie, confie Benoît Thouin. La santé de mon frère est minée. Il a perdu énormément d’argent, mais il y a tellement cru. C’était devenu non rentable et il n’y avait plus de solution. On a cherché jusqu’à la dernière minute. La STM a été patiente, mais comme on est en affaires… »

Amazon « nous fait mal »

Benoît Thouin parle de frais fixes très élevés pour expliquer la difficulté des acteurs du commerce de détail. « Il y a aussi l’ennemi numéro un des commerçants, les Amazon de ce monde qui ne paient pas de redevances, lance-t-il. Ça nous fait mal. »

L’annonce de cette fermeture survient un mois après celle de la librairie indépendante Réflexion, à Gatineau. « Mais il ne faut pas généraliser, note Jean-Benoît Dumais, directeur général de la Coopérative des librairies indépendantes du Québec. On ne vit pas la situation d’il y a quelques années où il y avait plus de fermetures. On voit des reprises par la nouvelle génération. »

« Par ailleurs, le public trouve une vraie valeur dans le rôle-conseil des libraires. Et tout le discours qui plane au sujet des géants du web porte chez le public », estime M. Dumais.

« Après une période de morosité dans les ventes, où l’on a vu fermer plusieurs librairies, a suivi une période marquée par des succès consécutifs aux caisses et par l’ouverture de nouveaux points de vente, lit-on dans une étude de la Société de gestion BTLF réalisée pour l’Association des libraires du Québec, dévoilée en mars 2019. Pour la période de 2012 à 2018, le marché des librairies indépendantes affiche un taux annuel de croissance moyen de + 1,9 %. »

— Avec Marie-Eve Fournier, La Presse