Le président américain Donald Trump a annoncé mercredi que tous les Boeing 737 MAX 8 et MAX 9 seraient cloués au sol aux États-Unis, après qu'un avion d'Ethiopian Airlines s'est écrasé, faisant 157 morts.

AGENCE FRANCE-PRESSE

« Nous allons décréter en urgence l'interdiction de tous les vols des 737 MAX 8 et 737 MAX 9 », a déclaré M. Trump depuis la Maison-Blanche, précisant que cette décision s'appliquerait « avec effet immédiat ».

« Les pilotes ont été informés, les compagnies aériennes ont été informées », a-t-il ajouté. « La sécurité des Américains, et de tous les passagers, est notre priorité absolue ».

L'agence américaine de l'aviation (FAA) a indiqué qu'elle ordonnait de clouer au sol « provisoirement » les Boeing 737 MAX volant aux États-Unis en raison de « nouvelles données » satellitaires « collectées et analysées » mercredi, relatives à l'avion d'Ethiopian Airlines qui s'est écrasé dimanche.

Les boîtes noires analysées en France

Les boîte noires seront transférées jeudi au Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA) français pour y être analysées, a annoncé le Bureau à l'AFP.  

« Les autorités éthiopiennes ont demandé au BEA son assistance pour l'analyse des FDR et CVR », les deux boîtes noires contenant les paramètres de vol et les conversations dans le cockpit, a indiqué le BEA.

« Toute communication sur les progrès de l'enquête est de la responsabilité de ces autorités », a-t-il ajouté.

L'Éthiopie avait indiqué plus tôt dans la journée mercredi qu'elle entendait envoyer en Europe pour analyse les boîtes noires du Boeing 737 MAX 8 qui s'est écrasé dimanche, selon un porte-parole de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines.

L'Éthiopie ne dispose pas de l'équipement nécessaire à leur lecture.

« Nous allons les envoyer en Europe, mais le pays n'est pas encore spécifié », avait déclaré à l'AFP Asrat Begashaw, un porte-parole d'Ethiopian Airlines.

Boeing soutient la décision

« Nous soutenons cette décision préventive prise par précaution. La sécurité est une valeur importante pour Boeing depuis que nous fabriquons des avions », a affirmé Dennis Muilenburg, patron du constructeur, insistant sur le fait que la recommandation d'immobiliser temporairement cette flotte d'avions était à l'initiative de Boeing pour rassurer le grand public.  

« Boeing garde une confiance totale en la sécurité du 737 MAX », ajoute le groupe.

« Nous faisons tout ce que nous pouvons pour comprendre la cause des accidents et travaillons sur ce point avec les enquêteurs et allons déployer des modifications pour s'assurer que ça ne se reproduise plus », promet Boeing.

S'excusant, American Airlines, qui exploite 24 avions 737 MAX 8, a immédiatement réagi, expliquant qu'elle allait transférer les clients sur d'autres vols « le plus rapidement possible ».

SouthWest Airlines, qui exploite 34 737 MAX 8, a dit attendre encore des précisions des autorités américaines.

L'écrasement, qui a fait 157 morts de 35 nationalités, est le second en moins de six mois pour le Boeing 737 MAX 8. Dans des circonstances similaires, un avion du même type de la compagnie indonésienne Lion Air s'est écrasé fin octobre au large de l'Indonésie, faisant 189 morts.