Delta Air Lines devra patienter avant d'effectuer un premier vol commercial avec le A220 - né de la C Series de Bombardier - en sol américain, étant donné que l'appareil attend toujours une autorisation essentielle.

Mis à jour le 25 janv. 2019
JULIEN ARSENAULT LA PRESSE CANADIENNE

Le transporteur a indiqué vendredi que la paralysie du gouvernement américain des dernières semaines l'obligeait à repousser au 7 février la date du baptême de l'air. Les premiers avions A220-100 d'Airbus exploités par Delta devaient relier les aéroports de La Guardia, à New York, à ceux de Dallas et Boston.

Mais afin d'être en mesure d'effectuer des liaisons commerciales, l'avion doit obtenir un certificat d'exploitation de la Federal Aviation Administration (FAA).

Cet organisme américain faisait partie de ceux qui ont été ralentis par la paralysie partielle du gouvernement fédéral causée par l'affrontement entre démocrates et républicains sur la sécurité à la frontière et le projet de mur cher au président Donald Trump.

La FAA, le pendant américain de Transports Canada, avait certifié l'avion A220 en 2016.

Avant de donner le feu vert à la délivrance d'un certificat d'exploitation, les inspecteurs de la FAA, qui étaient au chômage forcé, doivent vérifier certains aspects en matière de maintenance et de formation auprès du transporteur.

Cela pourrait survenir prochainement puisque M. Trump a annoncé, vendredi après-midi, la conclusion d'une entente pour rouvrir le gouvernement américain pendant trois semaines, mettant fin à la paralysie gouvernementale la plus longue de l'histoire des États-Unis.

Delta a affirmé qu'aucun vol ne serait annulé même si l'entrée en service de l'A220 était repoussée, étant donné que d'autres appareils seront utilisés pour assurer les liaisons prévues.

Depuis octobre, la compagnie aérienne a reçu quatre appareils, qui ont été assemblés à Mirabel, dans les Laurentides.