Le gouvernement Trudeau veut que dans 20 ans, toutes les nouvelles autos achetées au Canada soient électriques, et pour atteindre cet objectif, il offrira à son tour une aide financière aux acheteurs de ce type de voitures.

Mis à jour le 24 janv. 2019
HÉLÈNE BARIL LA PRESSE

Des annonces seront bientôt faites à ce sujet, a fait savoir hier la ministre de l'Environnement, Catherine McKenna, qui était de passage à Montréal.

Les subventions aux acheteurs de véhicules électriques devraient faire partie de la très attendue stratégie fédérale d'électrification des transports, tout comme des dispositions pour que la totalité des véhicules neufs vendus au Canada soient des véhicules zéro émission. L'objectif serait de 10 % des ventes de véhicules neufs en 2025, 30 % en 2030 et 100 % en 2040.

Selon Clean Energy Canada, un think tank de Vancouver, cet objectif est ambitieux, mais « très réalisable ».

Alors que les élections générales se rapprochent, la ministre McKenna avait fait le déplacement au Salon de l'auto de Montréal pour remettre une subvention de 5 millions à Hydro-Québec pour l'aider à financer son réseau de bornes de rechange rapide.

Hydro-Québec a annoncé en mai dernier un investissement de 130 millions pour ajouter 1600 bornes de recharge rapide au Québec d'ici 10 ans.

L'argent fédéral n'augmentera pas le nombre prévu de nouvelles bornes, mais il devrait permettre à Hydro-Québec de rentabiliser plus rapidement son investissement de 130 millions, explique France Lampron, directrice de l'électrification des transports.

Pas d'impact sur les tarifs

Hydro-Québec a promis que son investissement dans les bornes de recharge serait entièrement compensé par les revenus supplémentaires tirés des recharges et qu'il ne ferait donc pas augmenter les tarifs d'électricité.

La société d'État prévoit que ses dépenses dans le réseau de bornes dépasseront les revenus qu'elle en tire jusqu'en 2022. Il devrait y avoir cette année-là 99 000 voitures tout électriques au Québec, comparativement à quelque 18 000 aujourd'hui. Après, les revenus tirés des recharges devraient permettre de payer pour la suite du déploiement des bornes de recharge.

L'installation d'une borne de recharge rapide coûte environ 80 000 $, a indiqué hier France Lampron.

Le gouvernement québécois a décidé de confier le déploiement du réseau de recharge rapide à Hydro-Québec parce qu'un tel réseau ne sera jamais rentable, compte tenu du coût des bornes et de leur faible utilisation. Le réseau sert peu, puisque 80 % des recharges se font à domicile. Il est quand même nécessaire pour rassurer les automobilistes et les inciter à acheter un véhicule électrique.

Plusieurs experts, dont le titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l'énergie de HEC Montréal, Pierre-Olivier Pineau, ont exprimé des doutes sur la rentabilité de cet investissement pour Hydro-Québec.

Mais le processus est déjà en marche. Hydro-Québec a mis en service 22 nouvelles bornes de recharge rapide en 2018 et une centaine d'autres le seront en 2019.

L'électrification des transports au Québec

• 40 000 véhicules électriques et hybrides

• Dont 18 000 véhicules tout électriques

• 1700 bornes de recharge

• Dont 168 bornes rapides

Aide financière de Québec

• Véhicule tout électrique

• 8000 $ pour ceux de 75 000 $ et moins

• 3000 $ pour ceux de 75 000 $ à 125 000 $

• Véhicule hybride rechargeable

• 500 $, 4000 $ ou 8000 $, selon la capacité de la batterie